Écologiques, les cartes de vœux ? A Puteaux, la mairie a envoyé “près de 80 000 piles” à ses habitants

La carte lumineuse envoyée en cette fin d’année 2019 aux habitants de Puteaux par la Ville. / © Christophe Grébert
La carte lumineuse envoyée en cette fin d’année 2019 aux habitants de Puteaux par la Ville. / © Christophe Grébert

A Puteaux, dans les Hauts-de-Seine, la Ville a décidé d’inclure trois piles dans chacune de ses cartes de vœux, par nature éphémères. Une « aberration écologique » et une « folie dépensière » d’après l’opposition.
 

Par Pierre de Baudouin / France 3 PIDF

« Je vous souhaite une très belle année aussi lumineuse que cette carte de vœux », écrit la maire LR Joëlle Ceccaldi-Raynaud, dans la lettre distribuée ce mois de décembre aux habitants de la commune, à l’occasion des fêtes de fin d’année. Tellement « lumineuse » que la carte suscite les critiques de l’opposition : Francis Poézévara – président de groupe au conseil municipal, responsable Génération·s Hauts-de-Seine et à la tête de la liste « Printemps Putéolien » en vue des prochaines élections – y voit en effet une « aberration écologique ».
Chaque carton contenant trois piles boutons, l’envoi de plus de « 25 000 cartes » correspond d’après lui à « près de 80 000 piles boutons lâchées dans la nature ». « Une catastrophe environnementale, quand on sait que les piles ne se dégradent qu'en 200 ans, et qu'à peine la moitié est recyclée, juge l’élu dans un communiqué. Les cartes de vœux ne sont par ailleurs pas accompagnées d'instructions de recyclage, et il faut les détruire pour réussir à extraire les piles et les circuits. »

« Bling-bling » et « surconsommation »

« Historiquement à Puteaux, la Ville a toujours fait dans l’anti-écolo chaque année à Noël, explique Francis Poézévara à France 3 Paris Île-de-France. Plastiques, piles, gadgets… Même si c'est complètement dépassé, la logique reste : "On a de l’argent, donc on consomme". Mais l’an dernier, la maire avait promis de ne plus distribuer de plastique ni de pile. »
Un constat partagé par Christophe Grébert, conseiller municipal d’opposition (sans étiquette), qui critique aussi une carte « bling-bling » et une logique de « surconsommation » : « C’est du grand n’importe quoi, alors même qu’on parle aujourd’hui constamment de protection de l’environnement et de développement durable. Certains vont peut-être jouer cinq minutes avec, mais personne ne gardera ça une éternité. La plupart des gens finiront par jeter le carton à la poubelle. En plus, les piles boutons, miniatures, sont dangereuses pour les enfants. »

« Une dépense inutile et idiote »

Au-delà de la question écologique, l’opposition critique le coût du dispositif : autour de 130 000 euros, soit près de 5 euros par carte. Christophe Grébert, lui aussi, déplore une « folie dépensière de la maire » et du « gaspillage d’argent public » : « Un million d’euros pour les illuminations de Noël, 500 000 euros pour une patinoire sur l’esplanade de la mairie… Ce sont des sommes qui pourraient être consacrées à autre chose, à la solidarité par exemple. Et la carte de vœux pourrait être remplacée par un mail électronique et un message sur le devant de la mairie. C’est une dépense inutile et idiote. »
Francis Poézévara annonce de son côté que sa liste pour les municipales organise « une collecte de ces cartes de vœux anti-écologiques pour les redonner à la mairie de Puteaux, qui devra en assumer le recyclage début janvier ». L’objectif de la campagne : « récupérer un maximum de cartes » et « limiter l’impact » sur l’environnement.

Contactée, la mairie de Puteaux n’a pour l’instant pas encore répondu à nos sollicitations.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus