Levallois-Perret : annonce de la candidature de Patrick Balkany depuis sa cellule, Isabelle Balkany dément

Le premier conseil municipal présidé par Isabelle Balkany, le 23 septembre 2019, après l'incarcération de Patrick Balkany. / © IP3 PRESS/MAXPPP
Le premier conseil municipal présidé par Isabelle Balkany, le 23 septembre 2019, après l'incarcération de Patrick Balkany. / © IP3 PRESS/MAXPPP

Selon un journaliste de Marianne, Patrick Balkany aurait annoncé aux élus de la majorité municipale de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) son intention de briguer un nouveau mandat par téléphone depuis la prison de la Santé. Son épouse, Isabelle Balkany, a démenti.

Par MT avec AFP

"Tout cela est faux ! Archi-faux ! Jamais nous n’avons abordé ce sujet hier soir", clame Isabelle Balkany jointe par France 3 Paris Île-de-France. Tout est parti d'un tweet de Laurent Valdiguié, journaliste à Marianne.
Selon lui, lundi soir, "Patrick Balkany appelle depuis sa cellule. Il annonce sur haut parleur qu’il sera candidat aux municipales".

La version d'Isabelle Balkany, première adjointe au maire de la commune, est toute autre : "Nous étions en réunion de budget au restaurant quand mon mari a appelé. Il a salué les équipes, les a remercié pour leur travail. Nous avons ensuite parlé du dîner, des plats que nous mangions et plaisanté sur sa perte de poids. Mais il n’a jamais parlé de sa réélection."
 

Un secret de polichinelle ?

Toujours selon l'édile, l'annonce n'a jamais été dissimulée : "C’est une question que Patrick avait déjà abordé lors d’une audience il y a 15 jours. Il a toujours dit qu’une liste de la majorité serait présente. Il ne s’en n'est jamais caché." Sur Twitter, elle affirme même qu'il "souhaite la conduire".
Une décision qui reste suspendue à plusieurs décisions judiciaires. Lundi 2 décembre, une nouvelle demande de remise en liberté a été déposée par ses avocats qui sera examinée le 9 décembre prochain. Son procès en appel pour fraude fiscale débute le 11 décembre.

Mi-novembre, la cour d'appel avait rejeté une première demande de mise en liberté de Patrick Balkany, liée à sa condamnation à cinq ans de prison pour blanchiment aggravé avec incarcération immédiate le 18 octobre, notamment au motif d'éviter une "concertation entre les mis en cause" dans cette affaire impliquant des proches de l'édile et un milliardaire saoudien.

Patrick Balkany est incarcéré depuis le 13 septembre, date de sa première condamnation, à quatre ans de prison, pour fraude fiscale.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus