• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Vendée Globe : le skipper boulonnais Stéphane Le Diraison a démâté

Le skipper boulonnais Stéphane Le Diraison a démâté samedi au 41ème jour du Vendée Globe. Au moment de la casse de son navire, le skipper se trouvait à 770 miles des côtes australiennes. Il a mis le cap sur l'Australie.

Par France 3 Paris IDF

Après 41 jours de course, le Boulonnais Stéphane Le Diraison a contacté la direction du Vendée Globe samedi pour la prévenir du démâtage de son bateau, l'Imoca "Compagnie du Lit / Ville de Boulogne-Billancourt". "Quand je casse, quand je rate une manœuvre, j’assume. Mais là, c’est dur à digérer", a-t-il confié lors d'une vacation vidéo avec les organisateurs.
Le navire de Stéphane Le Diraison, l'Imoca Compagnie du Lit/Ville de Boulogne-Billancourt. / © Jean-Marie Liot/DPPI/Vendée Globe
Le navire de Stéphane Le Diraison, l'Imoca Compagnie du Lit/Ville de Boulogne-Billancourt. / © Jean-Marie Liot/DPPI/Vendée Globe
Selon les organisateurs du Vendée Globe, le skipper boulonnais n'est pas blessé et avait une "voix claire" au téléphone, lors de l'appel samedi, à 18 heures 42, heure française. Selon le communiqué du Vendée Globe, le navigateur était en train de libérer le gréement, avant de vérifier l'état de l'embarcation. Le mât s'est brisé en trois morceaux.

ECOUTEZ la première réaction de Stéphane Le Diraison

1.400 kilomètres des côtes australiennes

Au moment de la casse, Stéphane Le Diraison se trouvait à 770 miles des côtes australiennes, soit environ 1.400 kilomètres. Le communiqué de la direction de la course précise que "tous les sponsors du projet sont soulagés que Stéphane aille bien, ils restent très admiratifs de sa performance accomplie et de sa course menée avec rigueur et détermination".
Le navigateur a mis à présent le cap sur Melbourne, en Australie, et mis le moteur, afin de se reposer.
Le navigateur était à la 11ème place de la course, samedi. Lors d'une vacation, un message vidéo diffusé sur internet, le navigateur avait confié ses "malheurs" le 12 décembre dernier. Stéphane Le Diraison y racontait être à court de "saucisson", dans son sac de ravitaillement. De quoi le faire songer à "arrêter". "Faut que je fasse le point", avait-il plaisanté.


A lire aussi

Sur le même sujet

La compagnie Carabosse enflamme le parc de la Villette

Les + Lus