"Il est indispensable d’élargir la vaccination", plaide Stéphane Troussel

Faut-il élargir les critères de vaccination ? Stéphane Troussel, le président du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis ou encore Anne Hidalgo, la maire de Paris le demandent. Ils appellent à plus de pragmatisme dans la campagne vaccinale.

Vaccination au Stade de France
Vaccination au Stade de France © Ludovic Marin/ AFP

Alors que deux millions de doses Pfizer et Moderna vont être allouées à l'Île-de-France au mois de mai, des voix s’élèvent pour que les critères d’éligibilité à la vaccination soient élargis.

Pour Stéphane Troussel, le président du département de Seine-Saint-Denis le constat est simple : plus de doses, plus de centres de vaccination et des créneaux non pourvus même avec les vaccins Pfizer ou Moderna. Il plaide donc pour un élargissement des critères d’éligibilité à la vaccination.

"Sans abandonner toutes les démarches pour aller chercher les personnes éligibles à la vaccination et qui n’ont pas encore été vaccinées comme les personnes âgées, je crois qu’il est temps, dans un département jeune comme la Seine-Saint-Denis avec une pyramide des âges particulière et avec des gens qui exercent des métiers qui ne sont pas télétravaillables, d’élargir la vaccination", a confirmé aujourd'hui le président de la Seine-Saint-Denis, soulignant par ailleurs que "le taux d’incidence est élevé en Seine-Saint-Denis, la moyenne d’âge dans les services de réanimation et d’hospitalisation est plus jeune que sur l’ensemble du territoire."

L’Île-de-France compte 286 centres de vaccination. En Seine-Saint-Denis, 237 877 personnes ont reçu une dose de vaccin soit 14.84% des habitants 'selon les chiffres de Covid Tracker/ ministère de la Santé en date du 26 avril). La Seine-et-Marne est bonne dernière avec 200 687 personnes vaccinées soit 14.21% des habitants. Dans la région, plus de 17% de la population  a été vaccinée.

Allonger la liste des professions à vacciner

Tout comme la maire de Paris, Stéphane Troussel demande plus de pragmatisme dans la campagne vaccinale. "Je crois que la campagne doit être plus souple, réactive et adaptée aux spécificités des territoires. Ici, il y a beaucoup de personnels de la petite enfance, de la restauration scolaire, d’entretien qui n’ont pas forcément l’âge requis mais qu’il faudrait pouvoir vacciner faute de voir l’épidémie repartir et les écoles fermer" a-t-il ajouté.

Il faut débrider la question de l’âge

Anne Hidalgo, maire de Paris

Des propos partagés par la maire de Paris Anne Hidalgo invitée de France Info ce matin, "il est temps d’être beaucoup plus souple, pragmatique dans la gestion de cette vaccination" a-t-elle assuré.

Dans la capitale, le 26e centre de vaccination a ouvert dans le Ve arrondissement. Et la Porte de Versailles accueillera prochainement un vaccinodrome. L’élue souhaite également ouvrir la vaccination à un public plus large.

"Depuis le mois de janvier, je demande que l’on puisse ouvrir la vaccination notamment aux enseignants, à toutes les professions qui sont en première et deuxième ligne. Plus largement il faut débrider la question de l’âgée", a-t-elle annoncé.

"Il faut l’ouvrir en fixant des priorités de professions. Je parlais des enseignants, je pense aussi aux policiers nationaux et municipaux, je pense aussi à toutes les personnes qui travaillent dans les supermarchés, les agents de la propreté de la ville. Il y a des deuxième ligne qu’il faut vacciner et ouvrir très largement", critiquant "une forme de bureaucratie qui continue à exister dans le domaine sanitaire".

Hier lors d'une visite à l'ARS d'Île-de-France, le ministre de la Santé, Olivier Véran s'est dit opposé à tout élargissement de l'âge de la vaccination.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société