Île-de-France : pourquoi l'a-t-on nommée ainsi ?

© www.delcampe.net
© www.delcampe.net

Ça n'est qu'en 1976, lors de la création de l'entité administrative régionale, qu'il a été décidé de baptiser "Île-de-France" ce que l'on nommait alors généralement la "région parisienne". Mais pourquoi ce nom "Île-de-France" pour une région qui n'est pas côtière et qui n'a rien de maritime ?!

Par Christian Meyze

A l'heure où, regroupement administratif oblige, plusieurs régions françaises se choisissent un nom, nouveau ou pas ; au moment ou le Nord-Pas-De-Calais-Picardie tente de s'imaginer en région des "Hauts-de-France", nous nous sommes demandés pourquoi et comment notre région, l'Île-de-France avait été nommée ainsi.

Difficile d'apporter une réponse fiable, certaine à cette question. C'est d'autant plus difficile que tout dépend comment on comprend la question.


De la "région parisienne" à l'Île-de-France

S'il s'agit de se demander quand et en quelle circonstance ce nom a été donné à l'actuelle région administrative, c'est simple, c'est en 1976, au moment de la création officielle de la région dans le cadre de la décentralisation entreprise par la 5ème République depuis 1959. Jusque là, le territoire que représente aujourd'hui l'Île-de-France n'avait pas de nom et pour le désigner on parlait de "la région parisienne".

Au moment de créer la région et de la faire entrer dans la loi et la structure administrative française, en 1976 donc, il a bien fallu lui donner un nom. Et si l'on en croit Xavier Panon, auteur d'un ouvrage consacré à la région "L’Île-de-France et les Franciliens", paru en 2004 aux éditions des Syrtes, les choses ne se sont pas faites sans débats enflammés et polémique. Voici ce qu'il écrit : 

« La renaissance linguistique du nom Île-de-France n’a été possible qu’au terme d’un débat homérique à l’Assemblée nationale. Les Parisiens voulaient conserver leur terme de région “parisienne”. Mais les banlieusards, déjà excédés d’être considérés comme la poubelle de la capitale, ne le supportaient plus. Ce terme de “banlieue”, synonyme au Moyen Âge de bannissement à une lieue autour de la ville, était ressenti comme l’expression d’une domination méprisante. À main levée, puis par un vote « assis et levé », la région parisienne était sur le point de remporter la partie. Pierre Bas, ancien député-maire gaulliste du VIe arrondissement, s’étonnait qu’on veuille ressusciter “une province charmante mais disparue depuis deux siècles”. Et pourtant, rien n’était joué. Emmenée par le sénateur-maire de Versailles, André Mignot, la Haute Assemblée avait renversé la vapeur et redonné l’avantage à “l’Île-de-France”.

Ce sera donc l'Île-de-France ! Mais où était-on allé chercher ce nom ?

Une origine lointaine et incertaine

En fait, il y avait déjà eu une "Isle-de-France" autour de Paris, et depuis très longtemps. Vraisemblablement, la première mention de ce nom remonte à 1387, dans des chroniques historiques bien connues et qui servent de référence, d'un érudit nommé Jean Froissart. Il qualifie ainsi un vaste territoire autour de Paris, nommé jusque là "Pays de France", parce que le mot pays change de sens et de dimension à cette époque de même que "France" qui désormais s'étend à tout le pays et plus seulement à un petit territoire local des Francs.

Mais le territoire nommé Isle-de-France en 1387 est nettement plus vaste que celui d'aujourd'hui : il englobe une partie (sud) de la Picardie. 

Alors pourquoi "Isle-de-France", impossible de le dire avec la moindre certitude. Certains penchent pour une explication liée au fait que le territoire ainsi désigné était borduré par quatre cours d'eau: la Seine, la Marne, l'Oise et le Loing et que les rivières y étaient nombreuses. D'autres parlent d'une déformation du saxon "Liddle Franke", c'est à dire "petite France". En réalité personne ne sait, il n'existe rien de solide là-dessus.

Mais le nom, lui, était né, et il a servi pendant plusieurs siècles, associé au différentes formes juridiques des époques : gouvernement de l'Isle-de-France ou généralité d'Isle-de-France sous l'ancien régime. Jusqu'à la Révolution, en 1789 lorsque les révolutionnaires ont remplacé les anciennes structures royales par les départements.

"Francilien", une trouvaille du président de la région, Michel Giraud

Et ce n'est donc qu'après guerre, deux siècles plus tard, sous la cinquième République et à travers les lois de décentralisation, que l'Île-de-France avec sa nouvelle orthographe et ses nouveaux contours, a resurgi, jusqu'à être, aujourd'hui, une évidence pour tout le monde.

Quant au mot choisi pour nommer ses habitants, "les Franciliens", il est, lui, très récent. Il a été inventé, nous raconte le site de la région Île-de-France, par son premier président "Michel Giraud, à l’époque président de la Région, l'inventa en 1983 lors d'un jeu entre élus de la région pour trouver un nom à ses habitants. Avant de le proposer à l’Académie française qui l'acceptera finalement en janvier 1986."

Pour les curieux qui veulent jeter un coup d'oeil sur les reproductions de cartes anciennes de ce que représentait cette région "Isle de France", la Bibliothèque nationale de France et son site Gallica possède bien sûr de très beaux documents. Et les éditions Antica ont une carte de "l'Isle de France" de 1610 ici...
 

Sur le même sujet

Procès des agresseurs des policiers à Viry Chatillon

Les + Lus