• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

L'apprentissage à l'université, un choix qui marche

© IP3Press/maxPPP
© IP3Press/maxPPP

De plus en plus d'universités ouvrent des "filières en apprentissage". Parce que, contrairement à la mauvaise image que les français ont de l'apprentissage, ça marche. Et ce n'est pas réservé aux seuls métiers manuels ou à l'artisanat.

Par Christian Meyze

Nombreux, économistes, chefs d'entreprises ou politiques sont ceux qui disent qu'il faut absolument remettre l'apprentissage au goût du jour en France. Ailleurs, chez certains de nos voisins, le système fonctionne, souvent même très bien. Mais en France, depuis les années 70, l'apprentissage n'a pas la "cote", surtout auprès des parents. Sans doute parce qu'il avait, dans ces années là, été considérablement dévoyé ou détourné. 

Mais il s'est passé beaucoup de choses dans ce domaine depuis plus de quarante ans. Et surtout, ces dernières années, l'apprentissage et le cadre dans lequel il s'effectue ont été considérablement modifiés. Son périmètre aussi, qui fait qu'aujourd'hui, il concerne même l'enseignement supérieur. Et de plus en plus d'université s'y mettent. Exemple dans le Val d'Oise. Tania Watine et Yohann Dorion. 
L'apprentissage version universitaire

 

Sur le même sujet

Au sud de Paris, la ligne 14 doit relier les Olympiades à l'aéroport d'Orly avant les Jeux Olympiques

Les + Lus