L'adjoint à la maire de Paris Pierre Aidenbaum, soupçonné de harcèlement sexuel, démissionne

L'ancien maire du IIIe arrondissement de Paris et actuel adjoint à la maire de Paris en charge de la Seine, Pierre Aidenbaum, démissionne. Il est soupçonné de harcèlement sexuel envers une employée de la mairie.

Pierre Aidenbaum en février 2020. Il était alors encore maire du IIIe arrondissement de Paris.
Pierre Aidenbaum en février 2020. Il était alors encore maire du IIIe arrondissement de Paris. © IP3 PRESS/MAXPPP
C'est par un laconique communiqué que la mairie de Paris a annoncé la démission d'un élu important de la majorité communale.

Pierre Aidenbaum, adjoint (PS) à la maire de Paris en charge de la Seine "a remis ce lundi 14 septembre sa démission de son poste d’adjoint à la Seine à la Maire de Paris. Cette décision intervient à la suite de la révélation de possibles faits de harcèlement sexuel à l’encontre d’une collaboratrice", précise le document envoyé à la presse.

Contacté, le parquet de Paris précise avoir ouvert une enquête pour agression sexuelle le 11 septembre dernier. Elle a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP).
 

Maire du IIIe pendant 25 ans

Cet élu âgé de 78 ans est une figure de la vie politique parisienne. Il a été maire du IIIe arrondissement pendant 25 ans, de 1995 à 2020. Il a cédé sa place à Ariel Weil, désormais maire du secteur "Paris Centre" (qui regroupe les quatre premiers arrondissements).

Il avait également un engagement historique contre le racisme et l'antisémitisme. Membre dès sa création de la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (LICRA), il en devient président de 1992 à 1999.
 

Deuxième affaire depuis le début de mandat

Cette démission intervient après la démission de Christophe Girard, ancien adjoint à la maire de Paris en charge de la culture et ancien maire du IVe arrondissement de Paris. Ce dernier était accusé d'entretenir des liens amicaux avec l'écrivain Gabriel Matzneff, lui-même accusé de pédophilie.

"La Municipalité demeurera intraitable avec tous types de faits de harcèlement moral ou sexuel, quelle que soit la qualité de leur auteur", indique la mairie de Paris dans le communiqué de presse ajoutant s'être dotée "d’un service d’accueil et d’accompagnement des victimes qui a démontré sa pleine efficacité". Ce service existe depuis 2016 assure la mairie.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique polémique société