"Alertes féministes contre l'extrême droite" : des dizaines de milliers de personnes manifestent à Paris

Dans la capitale, selon l'estimation des organisateurs, "75 000 personnes" ont défilé entre République et Nation à l'appel de plus de 200 associations (Fondation des femmes, Planning familial, #Noustoutes...), ONG (Oxfam, France Terre d'Asile...) et syndicats (CGT, CFDT...).

Les manifestants étaient en nombre pour dénoncer le "danger" pour les droits des femmes que représenterait une victoire du RN, à une semaine du premier tour des élections législatives.

À 17h, les autorités n'avaient pas communiqué de chiffrage pour Paris mais, en régions, 14 000 manifestants ont été recensés dans 41 rassemblements, selon une source policière.

Associations féministes, syndicats et ONG dénoncent le "féminisme de façade" de l'extrême droite.

Pointé du doigt, le Rassemblement national a dénoncé cette semaine des "caricatures" et des "mensonges". Dans une vidéo adressée à "toutes les femmes de France", son président Jordan Bardella a accusé mardi "l'extrême gauche" de "s'arroger le monopole des droits des femmes".

"Ni mari ni patron, ni Marine ni Macron"

L'"alerte féministe" s'est matérialisée symboliquement par une alarme et des sifflets activés par les manifestants arborant pour beaucoup du violet, une couleur emblématique du féminisme.

Avec dans le cortège parisien, des pancartes "Ni mari ni patron, ni Marine ni Macron", "le machisme fait le lit du fascisme", et dans la sono un tube de Clara Luciani, co-signataire avec plusieurs centaines d'artistes d'une tribune appelant à faire barrage à l'extrême droite.

Dans la foule, une majorité de femmes mais aussi des hommes, voire quelques garçons avec leur mère.

Suzy Rojtman, porte-parole du Collectif national pour les droits des femmes et militante depuis 1974, a pointé l'importance d'"alerter la population des femmes, mais pas que, contre une imposture, un ripolinage" du RN sur les droits des femmes.

"À chaque fois que l'extrême droite arrive au pouvoir quelque part, elle s'attaque au droit à l'avortement, je ne vois pas pourquoi il y aurait une exception française", a déclaré à la presse Sarah Durocher, présidente du Planning Familial.

Les leaders de la CFDT Marylise Léon, de la CGT Sophie Binet, du Snes-FSU Sophie Venetitay ont aussi défilé à Paris pour dénoncer "le véritable visage du RN", comme l'Insoumise Clémentine Autain, l'ex-ministre Najat Vallaud Belkacem ou l'actrice Corinne Masiero.

Également présente, l'actrice Judith Godrèche, engagée contre les violences sexuelles et sexistes.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Paris Ile-de-France
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité