Cet article date de plus de 4 ans

Après le 13-Novembre, le retour à la vie dans le 11ème arrondissement

A quoi ressemble le quotidien dans le 11ème arrondissement, un an après les attentats de Paris ? Professionnels et habitants confient leurs angoisses à quelques jours du premier anniversaire du 13-Novembre.
A quoi ressemble le quotidien dans le 11ème arrondissement, un an après les attentats de Paris ? Professionnels et habitants confient leurs angoisses à quelques jours du premier anniversaire du 13-Novembre.
Boulevard Richard-Lenoir, au marché Popincourt, la vie semble avoir repris son cours habituel. C'est ici, à quelques mètres à peine, qu'il y a un an, les terroristes ont frappé, pour la deuxième fois en l'espace de 10 mois. Pour James, 22 ans de marché, il y a forcément un avant et un après 13-Novembre. "On peut plus dire que ca sera comme avant… On a tous images en tête, mais faut vivre avec. On est là, on est encore debout, tout le monde travaille !"

De leur côté, Thérèse et Fuencis habitent depuis plus de 30 ans dans le 11ème arrondissement. Pour elles, la plaie n'est pas refermée. Le soir du 13 novembre 2015, elles étaient à leurs fenêtres, à côté de la salle de spectacles du Bataclan. "Si on n'en parle pas, on essaie de vivre normalement. Mais c'est sûr, ça ressort", confient-elles.

Stigmates des attentats

Dans le quartier, pas facile d'oublier lorsque l'on croise à chaque coin de rue des militaires, ou des touristes venus se recueillir, comme sur la place de la République, devenue un symbole pour le monde entier.

Les stigmates des attentats ont pourtant été toutes effacées. Dans les lieux touchés, la vie a repris. Ne restent désormais sur les murs que les peintures des habitants qui ont voulu redonner aux rues de la gaieté. "La ville est devenue un lieu d'expression, ce qu'elle n'était pas du tout avant", explique ainsi Sarah Gensburger, sociologue de la mémoire au CNRS.

Mais pour se reconstruire, certains ont choisi de partir. Laïs, qui a mis en vente son restaurant, va bientôt franchir le pas. "J'essaie de faire tout ce que je peux, changer la carte régulièrement. Ça décolle pas plus que ça. J'ai envie de tourner la page", raconte-t-elle.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
attentats de paris faits divers terrorisme