Après l'incendie de la Croix-Blanche, un supermarché temporaire signe "la fin de la galère"

durée de la vidéo : 00h02mn06s
F. Benbekai / W. Redonnet / I. Palmer ©France 3 PIDF

C'est un soulagement pour les habitants de la Croix-Blanche au Mée-Sur-Seine qui peuvent enfin faire leurs courses en bas de chez eux. L'été dernier, le centre commercial avait été incendié, en attendant sa reconstruction, un supermarché provisoire a ouvert.

Près de Melun, au Mée-sur-Seine (Seine-et-Marne), un supermarché temporaire a ouvert ses portes. À l’intérieur, il y a du monde dans les rayons et une grande file en caisse. 

Pour Patricia, cliente du jour, "c'est la fin de la galère. J'ai une maman qui n'a pas de voiture donc je devais l'emmener à droite, à gauche et les voisins aussi donc c'était un peu le bazar. On est très, très contents !".

En juillet dernier, après une nuit de violences urbaines, le quartier se réveillait abasourdi devant leur galerie commerciale réduite en cendres. Neuf mois plus tard, pour la réouverture, le gérant de l'enseigne alimentaire tient à accueillir ses habituels clients en personne. Il aura fallu le soutien financier de l'enseigne, un coup de pouce de la mairie et surtout, un établissement scolaire fermé depuis longtemps au milieu du quartier.

Ali Dia a donc provisoirement installé son magasin dans "le préau d'une école maternelle". Les classes sont devenues des locaux sociaux et des réserves, "il y avait besoin de surface quand même", admet le gérant.

Le retour des magasins et des emplois

Depuis l'incendie, une quinzaine d'employés était au chômage technique. Christina Almeida et ses neuf ans d'ancienneté commençaient à tourner en rond : "Ça m'a manqué, je n'étais pas bien à la maison". 

Pour nombre de commerçants, le problème est loin d'être réglé. Bouchers, boulangers, artisans, certains ont tout perdu. Le sinistre est en cours de chiffrage, la reconstruction est prévue pour 2025. "Notre but, c'est de reconstruire quelque chose qui ne sera pas à l'identique mais le plus vite possible pour pouvoir réintégrer ce tissu de commerce de proximité", explique Véronique Aimé-Marx, de l'association des commerçants de la Croix-Blanche.

L'ancienne école accueillera bientôt un épicier et un cordonnier en attendant le retour des autres magasins.