Art contemporain : la Fiac cède sa place

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emmanuelle Hunzinger

La Fiac, Foire internationale d'art contemporain, l'incontournable rendez-vous des amateurs d'art au Grand Palais à Paris disparait. Son concurrent Art Basel a remporté l'appel d'offres lancé par la Réunion des musées nationaux - Grand Palais. Certaines galeries parisiennes s'inquiètent.

C'est un coup de tonnerre dans le monde de l'art contemporain : le rendez-vous annuel des amateurs d'art au Grand Palais, la Fiac, propriété de RX-France, disparait. Depuis près de 50 ans, amoureux de l'art contemporain ou simples curieux, artistes et collectionneurs avaient l'habitude de se retrouver pour ce grand marché international.

"C'est une grande surprise pour tout le monde. Je reçois des messages du monde entier", témoigne Anne-Claudie Coric, directrice générale de la très connue galerie Templon à Paris. Et d'ajouter : "on ne pensait pas qu'il pouvait y avoir un après RX-France, (Ndlr : propriétaire et organisateur de la Fiac), on s'en doutait mais je suis surprise par la rapidité de cette opération".

Le géant Art Basel

Le géant international des foires d'art contemporain Art Basel, propriété du groupe suisse MCH, a remporté l'appel d'offres lancé en décembre dernier par la Réunion des musées nationaux - Grand Palais (RMN-GP).

L'appel à concurrence concernait aussi l'organisation de la foire internationale d'art photographique, qui reste entre les mains de Paris Photo, propriété de RX-France.

La nouvelle foire d'art contemporain parisienne "ne sera pas un satellite de la foire de Bâle", assure l'opérateur culturel, Réunion des musées nationaux - Grand Palais qui souhaite lancer "une marque spécifique" - dont le nom n'est pas encore fixé - et promet "une politique tarifaire maîtrisée afin que le prix des stands n'explose pas".

Selon l'appel d'offres, Art Basel et Paris Photo se sont engagés sur une durée de sept ans pour un coût global estimé à 10,6 millions d'euros pour la foire d'art contemporain et de 7,5 millions d'euros pour la manifestation photographique.

L'inquiétude des galeries émergentes

Pour la galerie Templon, pas d'inquiétude. Elle participe sans interruption à la Fiac depuis 1974 et à Art Basel depuis 1978 explique Anne-Claudie Coric. "Nous ne sommes pas inquiets. Nous avons entièrement confiance en Art Basel mais on espère que le côté français, parisien de l'évènement sera conservé. C'est l'esprit parisien qui a fait la force de la Fiac", assure-t-elle. 

Il faut garder l'identité française et parisienne de ce rendez-vous.

Anne-Claudie Coric, directrice générale de la galerie Templon

Présentes à hauteur de 30 %, les petites galeries, elles, craignent de se voir évincer de la foire. Concurrence étrangère, raisons financières... Le prix moyen d'un emplacement varie de 30 000 à 50 000 euros au minimum. Mais peut aller bien au-delà.

Le Comité professionnel des galeries d’art (CPGA), représente plus de 300 galeries notamment à Paris. Son rôle est de tisser des liens avec les opérateurs de foires et préserver les intérêts de ses adhérents. Selon sa présidente, Marion Papillon, galériste également, "les foiresla Fiac et Paris Photo sont des évènements phares" du rayonnement et du marché de l'art contemporain. "En tant qu’ organisme professionnel, on va s’assurer qu' Art Basel garde des liens avec la scène française, petites ou grandes galeries. Tout le marché national en dépend', affirme-t-elle.

Participer à une foire est un risque financier pour certaines galeries. Plus, évidemment pour les petites que les grandes. 

Marion Papillon, présidente du CPGA

Et de poursuivre : "Oui bien sûr, il y a des inquiétudes car la France, Paris, compte beaucoup d’acteurs. C'est un tissu très hétérogène. Nous voulons nous assurer qu'Art Basel conserve l'ADN de ce qui faisait la Fiac. Nous avons alerté la Réunion des musées nationaux - Grand Palais sur plusieurs points et notamment sur le prix du mètre carré pour exposer mais aussi sur la question de l’identité propre et sur la représentation des galeries françaises par rapport aux galeries étrangères. C’est important, d’autant plus que les opérateurs s’engagent pour sept ans. On espère que les engagements seront tenus."

La Fiac a accueilli 75.000 visiteurs en 2019 et 46.000 cet automne au Grand-Palais éphémère.

La future foire internationale d'art contemporain parisienne est déjà programmée du 20 au 23 octobre prochains. Celle dédiée à la photo est prévue du 10 au 13 novembre au Grand-Palais éphémère.