• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

BD : à la recherche du cachalot Moby Dick à Paris en 2019

Couverture du roman graphique A la recherche de Moby Dick - Récit de Sylvain Venayre et dessin de Isaac Wens / Futuropolis / © Isaac Wens / Futuropolis 2019
Couverture du roman graphique A la recherche de Moby Dick - Récit de Sylvain Venayre et dessin de Isaac Wens / Futuropolis / © Isaac Wens / Futuropolis 2019

Quel lien existe-t-il entre Paris et Moby Dick ? A priori aucun. Melville a pourtant parcouru la capitale quelques semaines avant d'écrire ce roman considéré comme un monument de la littérature mondiale. Ce fait biographique est le point de départ de la version BD de Sylvain Venayre et Isaac Wens.

Par DM et LG

A priori il est diffcile de trouver un point commun entre la ville de Paris et le cachalot d’Hermann Melville ? L'écrivain américain a pourtant parcouru les rues parisiennes quelques semaines avant la sortie de son roman devenu au fil des années un best seller mondial. Nul doute que la découverte de ce fait biographique est à l’origine du scénario de la bande dessinée que Sylvain Venayre et Isaac Wens : A la recherche de Moby Dick publié chez Futuropolis. Un roman graphique surprenant pour célébrer le 200ème anniversaire de la naissance de Melville.

Call me Ishmael

C’est par cette phrase, devenue mythique, que s’ouvre le premier chapitre du roman d’Hermann Melville paru en 1851. Une phrase que l’on s’attend donc tout naturellement à trouver dans la première planche d’une adaptation en B.D de Moby Dick.
La première planche d'A la recherche de Moby Dick - Récit de Sylvain Venayre et dessin de Isaac Wens / Futuropolis / © Sylvain Venayre et Isaac Wens / Futuropolis 2019
La première planche d'A la recherche de Moby Dick - Récit de Sylvain Venayre et dessin de Isaac Wens / Futuropolis / © Sylvain Venayre et Isaac Wens / Futuropolis 2019
Peine perdue quand on ouvre l’album composé par Isaac Wens et Sylvain Venayre.
A la place, une mise en images de l’histoire que le narrateur Ismael raconte dans le chapitre 54 du roman de Melville. Un épisode fondamental pour comprendre le projet de l’écrivain.

C’est un livre méchant que je viens d’écrire. 

Ainsi s'exprime Herman Melville quelques semaines après la parution en 1851
Car Moby Dick n’est pas qu’un simple roman d’aventures maritimes. C’est aussi un voyage au cœur de l’humain, une traversée mouvementée des désirs, des peurs, des interrogations métaphysiques et des aspirations contradictoires qui agitent les individus. Et une invitation à remettre en question l’idéal de progrès sans bornes sur lequel repose la politique expansionniste de la toute jeune nation américaine dans la première moitié du 19ème siècle.

Adapter complétement le roman en bande dessinée, un véritable défi

Sylvain Venayre a souhaité rendre compte de toute la complexité de ce roman allégorique. Une entreprise qui,  ses yeux, n’a jamais été réalisée : « Moby Dick n’a jamais fait l’objet d’une adaptation complète. Les auteurs des films ou des bandes dessinées qui en ont proposé des lectures se sont tous concentrés sur la vengeance d’Achab et ses péripéties ».Pour ce faire, il n’hésite pas à bousculer les attentes des lecteurs. Dans cet album, nous retrouvons bien l’équipage du Pequod, et notamment son capitaine, Achab. Nous assistons bien à la poursuite effrénée de la baleine qui a arraché la jambe de ce marin animé par une folle obsession de vengeance. Nous suivons tout le tragique de ces mésaventures par les yeux du jeune Ismael. Mais nous faisons aussi la connaissance d’un metteur en scène qui a le projet de transformer le roman de Melville en pièce de théâtre et qui expose ses tourments de créateur à un jeune journaliste de France Culture venu préparer une émission sur "ce que Moby Dick a encore a nous dire aujourd’hui".

A la recherche d'un cachalot dans le Paris d'aujourd'hui

En situant plus du tiers de l’album dans le Paris du 21ème siècle, Sylvain Venayre entend montrer que le message que Melville destinait à ses contemporains conserve toute son acuité : "L’humanité ne détruit-elle pas aujourd’hui la nature où elle vit, et qu’elle est encore loin de comprendre ?".
Le personnage du metteur en scène sert également de guide 'pour mieux comprendre les intentions de Melville, dont certaines étaient plus évidentes à comprendre au 19ème siècle qu’aujourd’hui'.
Le lecteur de cette B.D peut se trouver déstabilisé par les oscillatoires géographiques et temporelles que Sylvain Venayre a souhaité imprimer à sa narration. Au fil des planches, nous glissons en effet du pont du baleinier vers les planches d’un théâtre parisien, et accompagnons le metteur en scène et le journaliste dans leur traversée de quelques lieux emblématiques de Paris (le musée de Cluny, le Louvre, la place Vendôme). Mais nous reprenons rapidement pied pour aller jusqu’au bout de cette ingénieuse odyssée ingénieuse, magnifiquement servie par les dessins d’Isaac Wens.
Une lecture estivale exigeante. L’occasion sans doute de lire – ou relire -  le roman de Melville. Et pourquoi pas de revoir Gregory Peck dans le film de John Huston.
A la recherche de Moby Dick  d'après l'oeuvre d'Herman Melvilleun récit de Sylvain Venayre et dessin d'Isaac Wens / Futuropolis 2019

A lire aussi

Sur le même sujet

Paris : les soignants de la maternité de l'hôpital Lariboisière appellent “à l'aide”

Les + Lus