Braquage de Kim Kardashian à Paris en 2016 : le procès prévu pour avril 2025

Douze personnes seront jugées pour ce spectaculaire braquage de la star américaine en octobre 2016. Les malfaiteurs l'avaient menacé avec une arme et dérobé plusieurs de ses bijoux dans un hôtel particulier de la capitale.

L'affaire avait fait grand bruit il y a cinq ans. Le procès aura lieu en avril 2025. Il se tiendra devant la cour d'assises de la capitale, selon un avis d'audience envoyé aux avocats et consulté par l'AFP. Dix membres présumés du gang sont renvoyés aux assises pour le braquage ou la séquestration de Kim Kardashian.

Un onzième est renvoyé uniquement pour un autre projet criminel sur lequel les juges soupçonnaient une partie du gang de travailler après celui ayant visé la star de téléréalité. Un douzième comparaîtra pour un délit connexe lié à une infraction à la législation sur les armes.

Une arme sur la tempe

Dans la nuit du 2 au 3 octobre 2016, Kim Kardashian, alors âgée de 36 ans, s'était fait braquer par plusieurs hommes, certains habillés en policiers, dans une discrète résidence hôtelière de luxe à Paris, où elle était venue assister à la Fashion Week à Paris. Deux voleurs l'avaient menacée avec une arme sur la tempe, avant de la ligoter et de la bâillonner.

Trois autres hommes faisaient le guet à la réception, un sixième étant au volant d'un véhicule pour assurer la fuite. Les braqueurs avaient emporté plusieurs bijoux en diamant et en or, dont une pierre de 18,88 carats. Le groupe, décrit par les policiers comme une bande de truands "à l'ancienne", est soupçonné d'avoir réalisé le plus gros braquage au détriment d'un particulier des vingt dernières années en France.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité