CARTE. Parcours de la manifestation contre la réforme des retraites du jeudi 23 mars. Entre 40 000 et 70 000 manifestants attendus à Paris

Ca sera la neuvième journée de mobilisation contre la réforme des retraites. Ce jeudi, un rassemblement est prévu à 14h place de la Bastille, direction la place de l'Opéra. Selon la police, entre 40 000 et 70 000 manifestants sont attendus. Des manifestants qui seront placés sous haute surveillance.

Malgré le rejet des motions de censure pour contrer le recours du gouvernement au 49.3, la mobilisation devrait être une fois encore très suivie ce jeudi à Paris. Un rassemblement est prévu à 14 heures place de la Bastille. Le cortège doit ensuite s’élancer boulevards Beaumarchais, Filles du Calvaire, Temple en passant par la place de la République. Puis passer par les boulevards Saint-Martin, Saint-Denis, Bonne Nouvelle, Poissonnière, Montmartre, des Italiens et Capucines en direction de la place de l’Opéra où s’achèvera la manifestation à 19h. La préfecture de police recommande aux automobilistes de contourner "très largement le secteur pendant toute la durée de l'évènement".

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a demandé aux salariés à se "mobiliser dans le cadre de l'intersyndicale, dans le même sens des responsabilités" que depuis le mois de janvier pour demander le retrait de la réforme. De son côté, la CGT a appelé à "amplifier la mobilisation", et à "participer massivement aux grèves reconductibles et aux manifestations", ce jeudi "et après, si nécessaire"

5000 policiers et gendarmes mobilisés

Entre 40 000 à 70 000 manifestants sont attendus dans la capitale selon les estimations des services de renseignement, ont indiqué à l'AFP des sources policières. Entre 400 à 600 Gilets jaunes et 400 à 600 "éléments radicaux" pourraient également nourrir le cortège parisien, ont ajouté ces sources.

Pour les contenir, le ministre de l'Intérieur a indiqué que 5000 policiers et gendarmes seront mobilisés. Un dispositif renforcé de sécurisation et de contrôles sera également mis en place en amont de la manifestation visant notamment à lutter contre le port d'arme prohibé ou d'objets illicites ou dangereux. Gérald Darmanin a appelés les membres des forces de l'ordre à "ne pas répondre aux provocations de l'extrême gauche" qui, selon lui, cherche "à déstabiliser l'Etat en s'en prenant aux ouvriers de la sécurité". "Ne tombez pas dans cette provocation", a-t-il insisté. Depuis que les manifestations se sont enchaînées en France contre la réforme des retraites, il y a deux mois, "plus de 300 policiers et gendarmes ont été blessés", a-t-il dit.

Depuis jeudi, date du recours au 49-3 par le gouvernement pour l'adoption de la réforme des retraites, le ministre a affirmé qu'il y avait eu "855 interpellations en France dont 729 à Paris pour 843 gardes à vue" et "toujours sous l'autorité du parquet". "Oui à la liberté de manifester, non au désordre, à la bordélisation", a prévenu Gérald Darmanin, en dénonçant les rassemblements sauvages des derniers jours.