Marie-Claude Pietragalla, des mots en mouvement à la salle Pleyel

Danseurs et chorégraphes, Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault présentent leur nouvelle création "Lorenzaccio" à la salle Pleyel. / © Jean-Laurent Serra - France 3 Paris - Île-de-France
Danseurs et chorégraphes, Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault présentent leur nouvelle création "Lorenzaccio" à la salle Pleyel. / © Jean-Laurent Serra - France 3 Paris - Île-de-France

Danseurs et chorégraphes, Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault présentent leur nouvelle création "Lorenzaccio" à la salle Pleyel. Une pièce classique d’Alfred de Musset revue et adaptée en ballet. Jusqu'au 10 février à la salle Pleyel.

Par Jean-Laurent Serra

C’est un grand classique de la littérature que le couple Pietragalla-Derouault a choisi de revisiter. A la richesse des mots d’Alfred de Musset s’ajoute désormais le langage du corps. Lorenzaccio est le drame romantique et politique par excellence.

L’action se déroule à Florence en Italie sous le joug des Médicis. Un terreau fertile aux trahisons, à la tyrannie et bien sûr aux tueries. Pour Julien Derouault qui a chorégraphié et mis en scène avec Marie-Claude Pietragalla, cette adaptation dansée de Lorenzaccio est un support idéal à la chorégraphie : "Les mots d’Alfred de Musset sont une forme de poésie, de musique que l’on va interpréter pour pouvoir danser dessus. C’est ça qui est assez extraordinaire, du coup il y a vraiment cette idée de pouvoir proposer à travers ce théâtre, un langage sur lequel le corps va s’appuyer".
Marie-Claude Pietragalla, des mots en mouvement
Le spectacle de Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault "Lorenzaccio" à la salle Pleyel. - France 3 Paris - Île-de-France - Jean-Laurent Serra
 

Un théâtre organique et une danse théâtralisée

La pièce reprend donc l’essence du texte et donne aux interprètes, un nouveau regard artistique. "On n’avait déjà travaillé sur Ionesco, sur la poésie d’Aragon ou sur le théâtre de Shakespeare et là c’est Alfred de Musset", reprend Marie-Claude Pietragalla, "je pense que c’est vraiment un des spectacles qui résume le mieux notre compagnie le Théâtre du Corps, comment essayer d’inventer un théâtre organique et une danse théâtralisée".

Pour cette création, onze danseurs-comédiens ont été sélectionnés pour leur double compétence. Certains, plutôt danseur d’origine, ont particulièrement travaillé leur jeu en profondeur. Pour les autres, comédiens de formation, c’est la danse et les chorégraphies qui ont demandé un effort supplémentaire. "En fait, c’est le souffle qu’on a tous appris à travailler", nous explique une danseuse, "au début, je n’arrivais pas à jouer et à danser en même temps. Aucun son ne sortait de ma gorge. Avec ce travail de respiration, j’ai réussi."
Extrait du spectacle "Lorenzaccio" à la salle Pleyel
Le couple Pietragalla-Derouault a choisi de revisiter Alfred de Musset. - France 3 Paris - Île-de-France - Jean-Laurent Serra
 

Une danse pour le plaisir

Et puis, enchaîne-t-elle "rien n’est fait dans la douleur. Tous nos gestes sont amples et ouverts. Marie-Claude et julien pratiquent une danse qui n’est pas là pour contraindre mais pour faire plaisir". Avant d’être jouée à la salle Pleyel à Paris, la pièce a été rodée et présentée en public à l’Espace Carpeaux à Courbevoie. Et c’est dans le Val de Marne, dans les locaux de la compagnie le théâtre du Corps installée à Alfortville que toute l’équipe a répété pendant de longues semaines.

Depuis le mois de septembre, Marie-Claude et julien y ont même ouvert une école ouverte aux amateurs proposant des cours de classique, de hip hop ou encore de théâtre. Une nouvelle expérience enrichissante pour le couple de danseurs "c’est difficile d’expliquer la danse, c’est difficile d’expliquer les ressentis, le dialogue qu’on peut avoir avec son partenaire ou avec le groupe, la façon dont on est ancré dans le sol pour ensuite pouvoir s’élever. Toutes ces sensations, c’est grâce à la pratique qu’on peut les ressentir. Donc c’est important que les gens pratiquent", nous explique Pietragalla.
Image du spectacle Lorenzaccio. / © Jean-Laurent Serra - France 3 Paris - Île-de-France
Image du spectacle Lorenzaccio. / © Jean-Laurent Serra - France 3 Paris - Île-de-France
 

"Les élèves et bien, ça nous recadre"

"Et pour nous, c’est enrichissant, car même si on réfléchit et on recherche intellectuellement. Il y a des mouvements qu’on pratique depuis tellement longtemps que le fait de les décortiquer pour les montrer ou les expliquer à nos élèves et bien, ça nous recadre".

Du lundi au samedi, ils sont ainsi de plus en plus nombreux à suivre les enseignements des deux étoiles "les gens ont envie aussi de s’essayer à différentes pratiques artistiques sans forcément se prendre pour des professionnels", reprend Julien "mais ils ont envie de comprendre comment ça marche à l’intérieur. C’est un bel échange et c’est bien de pouvoir transmettre dans de bonnes conditions". Sur les bancs de l’école ou sur les scènes de France, Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault transmettent leur savoir faire, leur passion et leur regard original sur la danse.
image du spectacle Lorenzaccio. / © Jean-Laurent Serra - France 3 Paris - Île-de-France
image du spectacle Lorenzaccio. / © Jean-Laurent Serra - France 3 Paris - Île-de-France

Informations utiles :

 "Lorenzaccio" Pietragalla-Derouault, du 1er au 10 février, Salle Pleyel. Paris 8e .En savoir plus ici.

Sur le même sujet

toute l'actu théâtre

toute l'actu Danse

Recherche : dans les laboratoires, le blues des chercheurs français

Les + Lus