Covid-19 : à Paris, le port du masque n’est plus obligatoire pour les motards avec un casque à visière

Les motards munis d’un casque à visière sont, dès ce lundi midi, dispensés de porter un masque. Satisfaite localement de l’assouplissement, la Fédération des motards en colère (FFMC), qui avait saisi la justice, critique toujours une "incohérence" au niveau national.
Le casque à visière assure "les mêmes garanties que le port du masque en termes de risque de transmission de la covid 19", si la visière est baissée, justifie la préfecture de police de Paris (illustration).
Le casque à visière assure "les mêmes garanties que le port du masque en termes de risque de transmission de la covid 19", si la visière est baissée, justifie la préfecture de police de Paris (illustration). © IP3 PRESS/MAXPPP
C’est un nouvel assouplissement, après celui adopté fin août pour les cyclistes et les joggeurs de la capitale. Jusqu’ici contraints de garder le masque au guidon de leur véhicule, les motards parisiens ne sont désormais plus obligés de le porter, s’ils sont équipés d’un masque intégral. La préfecture de police de Paris a en effet annoncé la mesure dans un communiqué publié dimanche, affirmant que cette "précision" entrait en vigueur ce lundi 21 septembre à 12 heures.

"Les conducteurs de deux ou trois roues motorisés, à Paris et dans les emprises des aérodromes de Paris Charles de Gaulle, du Bourget et de Paris-Orly, sont dispensés de l’obligation du port du masque, à la condition que ceux-ci portent un casque à visière, assurant les mêmes garanties que le port du masque en termes de risque de transmission de la covid 19 et qu’ils circulent avec la visière baissée", explique la Préfecture de Police.

L’annonce de la préfecture de police fait suite à une décision du tribunal administratif de Paris "concernant l’obligation du port du masque par les motards", avec une ordonnance du juge des référés datée de ce samedi. La juridiction avait été saisie par la Fédération française des motards en colère (FFMC). L’association pointait en effet du doigt l’"irrationalité" du dispositif, dans un communiqué publié avec d’autres collectifs.

C’est aussi un peu une victoire contre le mépris de la préfecture de police

Jean-Marc Belotti, coordinateur de la FFMC au niveau de Paris et de la petite couronne

Ce lundi, la FFMC, au niveau local, se dit satisfaite de la modification du dispositif à Paris. "Mettre un masque sous un casque, ça paraissait aberrant, ridicule… Quand on a un casque intégral, le visage est complètement enfermé, on protège les autres d’éventuels postillons, et inversement on reste protégé vis-à-vis des autres", réagit Jean-Marc Belotti, coordinateur de la FFMC au niveau de Paris et de la petite couronne.

"D’autant qu’à l’époque de l’entrée en vigueur du port du masque obligatoire, la mairie de Paris avait demandé à la préfecture de police d’annuler la mesure pour les cyclistes, et la PP avait immédiatement suivi, ajoute le coordinateur. Alors que de notre côté, nous n’avions jamais eu de réponse, malgré des relances. C’est aussi un peu une victoire contre le mépris de la PP."

"Une véritable inconséquence dans les décisions prises", selon la FFMC

Mais l’association continue de pointer du doigt la "non-uniformité des décisions" dans le reste du pays. "On reste dans l’incompréhension, explique Didier Renoux, chargé de la communication pour l’association au niveau national. Il y a certes cet assouplissement à Paris, mais l’incohérence existe toujours. Comment peut-on laisser chaque préfecture faire les choses différemment dans son coin ? Ça pose un problème en termes d’égalité, et c’est un non-sens total."

Quand on porte un masque en roulant, on se met en danger : ça provoque une formation de buée soit sur l’écran du casque, soit sur les lunettes si le motard en porte.

Didier Renoux, Fédération française des motards en colère (FFMC)

Didier Renoux, qui dénonce une "véritable inconséquence dans les décisions prises" et une "absence totale de réflexion, de concertation et d’information" souligne un "problème de sécurité" : "Ça relève du bon sens. Quand on porte un masque en roulant, on se met en danger : ça provoque une formation de buée soit sur l’écran du casque, soit sur les lunettes si le motard en porte. On ne va pas provoquer des morts sur nos routes pour avoir moins de morts dans nos hôpitaux…"

De son côté, la PP souligne que "la circulation du virus est très active dans la région Île-de-France". "Seul le strict respect des recommandations sanitaires permettra d’infléchir la reprise épidémique", avance la PP.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
moto sport auto-moto covid-19 santé société