Covid-19 : en pleine crise sanitaire, le Téléthon s'adapte et espère voir les dons affluer

En temps normal, 40% des dons récoltés par l'AFM-Téléthon le sont lors d'animations. Mais la Covid-19 empêche de nombreuses initiatives de se tenir. L'année dernière, plus de 13 millions d'euros avaient été collectés en Île-de-France.
L'année dernière, 74 569 212 euros avaient été récoltés.
L'année dernière, 74 569 212 euros avaient été récoltés. © PHOTOPQR/L'INDEPENDANT
Ce week-end de décembre représente un enjeu énorme pour le Téléthon. Chaque année, ce sont des millions d'euros qui sont récoltés par l'association pour financer la recherche contre les maladies génétiques rares. Or cette année, pour cette 34e édition, de nombreuses animations en réel ont été annulées en raison de l'épidémie de la Covid-19.

"On ne va pas partir perdu. Les bénévoles sur le terrain sont passés en ligne. Ils se sont digitalisés à marche forcée. Il y aura des click and collect, des drives avec des produits régionaux. Il y aura plus de monde devant le téléviseur avec une belle émission avec de très belles histoires sur France Télévisions avec aussi des avancées médicales et scientifiques que l'on va rapporter", espère Frédéric Revah, directeur général de Généthon interrogé sur France 2.  

30% des animations habituelles

L'année dernière, 542 communes et 203 bénévoles s'étaient mobilisés en Île-de-France et plus de 13 millions d'euros avaient été collectés.

Dans la région, ce sont 400 animations contre plus de 1 000 l'année dernière qui vont avoir lieu cette année.

Il a aussi fallu innover. A Belloy-en-France, un petit village du Val d'Oise, un ballon et un sifflet ont été remis à tous les enfants des écoles maternelles et primaires. Ils devront faire du bruit aux fenêtres et aux portes ce samedi matin au passage de la voiture Téléthon. 

A Paris, 54 artistes ont dessiné 54 cartes à jouer tirées à 1 000 exemplaires. Le jeu de carte, d'une valeur de 10 euros, est mis en vente à la galerie Roussard ainsi qu’en ligne.
 
► Pour donner, appelez le 3637 ou sur le site internet du Téléthon.
 

Le Généthon à Évry

Les dons récoltés par le téléthon permettent de réaliser de nombreux essais cliniques sur 28 maladies différentes (vision, des muscles, du sang, du cerveau, de la peau, du foie, du cœur…) et de financer 200 programmes de recherche.

À Évry, dans l'Essonne, se trouve le Généthon, un laboratoire unique au monde, à but non-lucratif où 220 personnes travaillent. "Grâce au Téléthon, il est leader et pionnier du domaine du traitement des maladies rares à travers la thérapie génique. C'est une approche révolutionnaire, on va remplacer le gène mutant, qui est malade chez les patients par une copie normale du gène. Pour faire cela, on va le coupler à un transporteur pour lui permettre de pénétrer au sein de la cellule", explique Frédéric Revah.

Pour ses 30 ans, le Généthon est en train de remporter une victoire très symbolique : une autorisation de l'Agence Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) lui a donné l'autorisation de démarrer un essai clinique pour la myopathie de Duchenne.

Une maladie à l'origine de la création de l'AFM-Téléthon. Les enfants qui en sont atteints perdent progressivement l'usage de l'ensemble de leur musculature. Grâce à la thérapie génique, ils pourraient être traités et vivre.

Actuellement, neuf médicaments disponibles dans le monde sont liés directement ou indirectement aux recherches du Généthon.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
téléthon société solidarité vie associative