Cet article date de plus de 5 ans

Crue de la Seine : un zouave pas très fiable

Véritable point de comparaison entre les crues historiques de la Seine, le zouave du pont de l’Alma serait plus un symbole qu’un repère fidèle. Explications.
© JOEL SAGET / AFP
Il avait en début de matinée de l’eau jusqu’aux hanches. Le zouave du pont de l’Alma, qui sert de repère pour visualiser la montée de la Seine et qui a son propre compte Twitter, devrait en avoir encore un peu plus à en croire les prévisions des spécialistes. La crue du fleuve devrait en effet connaître un pic à la mi-journée et dépasser les six mètres.

En 1910, date du pic historique de la Seine, l’eau était montée à 8,20 mètres et avait atteint le niveau record de 8,62 mètres au pont de l’Alma. Et notre zouave d’en avoir à l’époque jusqu’aux épaules, au point presque de boire la tasse. 45 ans plus tard, il échappait de peu à une nouvelle noyade. La Seine était alors montée à 7,14 mètres. Mais ce fameux zouave est-il vraiment un point de référence fiable ? Rien n’est moins sûr.


De l'eau jusqu'au torse


Entre 1970 et 1974 en effet, des travaux de rénovation du pont de l'Alma ont eu lieu. Le zouave avait alors été surélevé de plusieurs dizaines de centimètres par rapport à l’endroit où il se trouvait en 1910.








Pour Simon Carrage, chargé d’étude à l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région Île-de-France, interrogé par nos confrères de l’Express, "la crue commence à gêner les Parisiens dès lors que le zouave a les pieds dans l’eau, mais c’est un symbole, pas un point de comparaison fidèle".

À imaginer que notre zouave occupe encore la même place qu’en 1910, il aurait déjà vraisemblablement de l'eau jusqu'au torse. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
inondations météo