Depuis le début de la grève, le nombre de cyclistes a augmenté à Paris, les accidents aussi

Le nombre de cyclistes a doublé à Paris depuis le début de la grève. / © France 3 Paris Ile-de-France
Le nombre de cyclistes a doublé à Paris depuis le début de la grève. / © France 3 Paris Ile-de-France

Sans transport en commun, le nombre de cyclistes et de trottinettes a doublé dans les rues de Paris. Avec une circulation à son comble, les accidents sont plus nombreux : 20% d'augmentation selon les Pompiers de Paris.

Par Denis Tanchereau avec MT

Depuis 11 jours, la grève a engendrée des embouteillages monstres dans les rues de Paris et une attente interminable aux arrêts de bus. Beaucoup de Franciliens se sont ainsi tournés vers le vélo ou les trottinettes.

Selon un décompte de la Mairie de Paris, il y a deux fois plus de vélo et de trottinettes sur les pistes cyclables depuis le début du mouvement. Et même jusqu'à 400% en plus sur les quais au pied de la Tour Eiffel.

Mais le corolaire, ce sont de fortes augmentations d'accidents : plus 20% selon les Pompiers de Paris.
Depuis le début de la grève, le nombre de cyclistes a augmenté à Paris, les accidents aussi
20% d'accidents en plus selon les Pompiers de Paris. - France 3 Paris Ile-de-France - Denis Tanchereau, Nicolas Metauer, Rémis Blondeau

"Il va falloir rendre le casque obligatoire"

"En termes de prévention, il va falloir rendre le casque obligatoire. On voit une augmentation des traumatismes crâniens graves, aussi bien avec les vélos qu'avec les trottinettes, notamment en fin de nuit quand les gens ont bu de l'alcool et pensent que c'est facile d'en faire. Donc nous avons une traumatologie grave, mortelle", explique Patrick Pelloux, médecin-urgentiste.

Sans casque, mal éclairés ou encore à deux sur une trottinette, et des automobilistes énervés après des heures passées dans les bouchons.
 

Augmenter les zones protégées

"Les gens qui essayent de prendre le métro s'énervent aussi parce qu'il n'y en a pas beaucoup. C'est vrai que les cyclistes profitent du fait d'être au grand air, de faire un peu d'exercice et ne sont pas en retard", explique Jean-Sébastien Catier, porte-parole de l'association Paris en selle.

Et d'ajouter : "Statistiquement, il y a un peu plus d'accidents. Mais tant qu'il y a des infrastructures, c'est une clef, cela protège le mieux les cyclistes et il n'y a pas de raisons qu'il y ait plus d'accidents que d'habitude."

La grève des transports continue et cette semaine encore, le vélo et la trottinette seront le plan B de beaucoup de Franciliens. Mais certains vont sûrement y prendre goût.

Sur le même sujet

Les + Lus