La députée parisienne centriste Marielle de Sarnez est décédée à l'âge de 69 ans

Ancienne ministre des Affaires européennes et députée de Paris MoDem, la plus proche conseillère de François Bayrou, Marielle de Sarnez, est décédée ce mercredi d'une leucémie.

Marielle de Sarnez lors d'un congrès du MoDem, le 17 décembre 2017.
Marielle de Sarnez lors d'un congrès du MoDem, le 17 décembre 2017. © PHILIPPE LOPEZ / AFP

"Voici le jour en trop. Marielle, si talentueuse et si courageuse, Marielle de Sarnez vient de partir. Notre chagrin est immense", a annoncé sur Twitter François Bayrou. Marielle de Sarnez souffrait d'une leucémie, elle est morte à l'âge de 69 ans à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière ce mercredi.

Elle était députée de la 11e circonscription de Paris (VIe et XIVe arrondissements) et  présidente de la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale. Par ailleurs, elle a été éphémère ministre des Affaires européennes dans le premier gouvernement d'Édouard Philippe.

Mais elle ne restera en poste qu'un mois et quatre jours en raison de l'ouverture en juin suivant d'une enquête préliminaire du parquet dans l'affaire des emplois présumés fictifs des assistants des députés européens du parti centriste (tout comme François Bayrou, éphémère ministre de la Justice).

Une carrière à Paris

Marielle de Sarnez est née dans le VIIIe arrondissement de Paris et y a mené une grande partie de sa carrière. Présidente de la fédération UDF de Paris en 2006 puis du MoDem Paris en 2008, elle a été élue conseillère de Paris en 2001 dans le XIVe arrondissement sur une liste d'union RPR-UDF. Cette européenne convaincue avait ensuite été élue députée européenne en 2009.

Issue d'une famille de la noblesse, elle préfère arrêter ses études après avoir obtenu son bac et enchaîne les petits boulots, rapporte Le Monde. Entrée très jeune en politique, elle sera repérée alors qu'elle est aux Jeunes RI où elle rencontre de futurs hommes politiques importants comme Jean-Pierre Raffarin, Dominique Bussereau ou François Bayrou.

C'est en 1989, alors que ce dernier prend la tête de l'UDF, que Marielle de Sarnez devient son adjointe.

De nombreux hommages

À l'annonce de sa mort, de nombreuses personnalités politiques de tous bord lui ont rendu hommage. "La France perd une responsable politique de grand talent. Nous perdons une amie. Pensées à sa famille et à ses compagnons de route", a réagi Emmanuel Macron sur Twitter.

Anne Hidalgo, la maire (PS) de Paris, a exprimé sa "tristesse d'apprendre la disparition de Marielle de Sarnez, femme de conviction et militante européenne. Pensées émues et condoléances à sa famille, à ses proches et à ses amis qui ont partagé ses engagements. C'est une grande perte pour Paris, sa ville, dont elle était l'élue."

Valérie Pécresse, présidente (Libres!) de la région Île-de-France, a salué "une femme de convictions européenne et humaniste, elle était courageuse, forte et drôle...son oui était un oui, son amitié, quand elle la donnait, à toute épreuve. Elle manquera à la politique et à la France."

Jean-Luc Mélenchon, chef de file de LFI, a lui aussi réagit face à cette disparition : "Grande tristesse: Marielle de Sarnez nous est retirée. Honneur à une adversaire exemplaire de loyauté, de respect des autres et de créativité. Le service du pays perd une utile influence discrète".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
décès faits divers politique mouvement democrate