Des fruits prématurés, de nombreuses vagues de froid : les arboriculteurs s'inquiètent pour leur récolte

durée de la vidéo : 00h01mn57s
Reportage : M. Loisel / A. Marguet / F. Castaingts / P-M. Noublanche ©France 3 PIDF

Avec la vague de froid qui s'est abattue sur la région ces derniers jours, le gel menace les fruits en formation. Une météo loin de rassurer les arboriculteurs.

À Ecquevilly, dans un verger des Yvelines, les dernières nuits ont été froides mais pas assez pour mettre en péril la récolte. Les cerises de la variété "folfer" sont encore vertes et n'ont pas été touchées. Pour le propriétaire, Frédéric Mervoyer, pas question de chauffer les arbres la nuit, cela coûterait trop cher : "Je n'interviens pas dans mon verger, je n'ai pas de chaufferettes. SI je mettais 600 chaufferettes à l'hectare, ça ferait 5 000 ou 6 000 euros la nuit, multipliés par 30 hectares, donc c'est impossible. Moi, je ne mets pas de protection".

Son verger est situé sur un coteau, lorsque le soleil disparaît, la chaleur de la vallée remonte le long des pentes et limite le risque de gel. Pourtant, avec les vents forts, les prochaines nuits seront dangereuses pour les arbres. Météo France prévoit de nouvelles gelées. 

Des fruits déjà formés

Un risque de gel qui intervient alors même que le développement des fruits est en avance de 10 jours. Devant ses poiriers, Frédéric est inquiet : "C'est très fragile parce que ça commence à grossir et que les cellules sont toutes gorgées d'eau et grossissent très vite. En fait, là, s'il fait 0°C, ça commence à geler, à -1,5°C, les cellules gèlent, après, on coupe la poire, elle est noire au milieu". 

Les prochaines nuits s'annoncent donc cruciales pour Frédéric. Il espère que le froid sera limité pour sauver sa récolte. 

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité