replay

Économie circulaire : une entreprise parisienne récupère des toilettes de chantier et les revend à des distributeurs

Que faire des 250 millions de tonnes de déchets générés par le secteur du bâtiment chaque année dans notre pays ? À Paris, une jeune entreprise récupère les toilettes de chantier, les remet en état et les revend. Ses clients sont des grandes entreprises et des des distributeurs agréés. Helder de Oliveira est directeur de l'Observatoire régional des déchets d'Île-de-France.

Les 3/4 des déchets sont issus du bâtiment mais de quoi sont-ils composés ?

Helder de Oliveira : La moitié des déchets, en général, c'est de la terre excavée qui vient des chantiers d'infrastructure ou du creusement de parking. On va avoir des déchets de béton à hauteur de 20% et puis un peu moins de 7% de déchets plus usuels comme les toilettes dans le reportage. 

Quelle différence entre la réutilisation et le recyclage ?

Helder de Oliveira : Dans la réutilisation, on va prendre un objet, le nettoyer, le reconditionner et le revendre tel quel alors que, pour le recyclage, on détruit l'objet pour récupérer la matière.

La réutilisation est-elle plus écologique que le recyclage ? 

Helder de Oliveira : Oui, on fait des économies. Quand vous jetez quelque chose, c'est comme un iceberg, vous voyez ce que vous jetez mais en-dessous, vous ne voyez pas toutes les ressources qui ont été utilisées pour le fabriquer : l'énergie, l'eau, le gaz à effet de serre, etc. En utilisant les objets tels quel, vous économisez tout ça. 

Retrouvez #Kestuf dans le JT de France 3 Paris Île-de-France ou en replay sur france.tv/idf

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Paris Ile-de-France
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité