Education : les premières réponses sur Parcoursup arrivent ce jeudi 1er juin

En Île-de-France comme partout ailleurs, c'est devenu le temps fort de l'année de Terminale. Ce 1er juin au soir, les lycéens et les étudiants désireux d'entamer des études supérieures vont recevoir les premières réponses à leurs vœux sur la plateforme Parcoursup.

Les premières réponses doivent tomber officiellement à 19 heures, peut-être un peu avant. Comme chaque année, dans les premières heures, il sera possible seulement de consulter les résultats, avant de commencer à répondre aux propositions plus tard dans la soirée.

Tout ne sera pas joué jeudi 1er juin : le processus se poursuivra tout au long du mois. Il faudra faire vite pour répondre au fur et à mesure, et bien sûr, obtenir le bac, dont les résultats seront communiqués le 4 juillet. La plateforme a succédé en 2018 à APB. Elle a recueilli les vœux de quelque 917 000 personnes, dont 629 000 lycéens et 163 000 étudiants qui veulent changer de voie.

Face aux critiques que Parcoursup continue de susciter, les ministères de l'Education et de l'Enseignement supérieur tâchent d'améliorer sa transparence. Cette année, par exemple, toutes les formations doivent préciser leurs "critères d'analyse des candidatures". Pas suffisant pour réduire le stress des prétendants aux formations supérieures.

Une attente interminable

"J'ai été très stressée ces deux dernières semaines. Là, à quelques heures des réponses, j'ai surtout besoin de savoir quels vœux vont être retenus, je suis très impatiente", témoigne Nina, 17 ans, en terminale dans un lycée parisien, lors de sa pause déjeuner. La jeune femme ne pourra pas être derrière son ordinateur à l'heure précise où sortiront les premières réponses car elle a une "représentation de théâtre au lycée". "Cette pièce tombe parfaitement bien car les répétitions toute l'après-midi vont me permettre de ne pas trop penser à Parcoursup !", s'exclame Nina.

Pour Nina, comme pour tous les autres lycéens d'Île-de-France, plusieurs réponses sont possibles pour chaque formation. L'acceptation peut être directe ("oui"), ou sous condition ("oui si", pour des filières universitaires qui demandent à l'étudiant de suivre un parcours d'accompagnement pédagogique ou personnalisé). Il n'est pas exclu non plus d'être placé en liste d'attente ou encore d'être refusé (uniquement pour les filières sélectives). Les résultats sur la plateforme seront mis à jour tous les matins, au fur et à mesure de l'avancée des listes d'attente.

Si le jeune a une réponse positive à un de ses vœux et des réponses "en attente" pour d'autres, qui ont sa préférence, il lui est possible de garder à la fois un "oui" et ses vœux "en attente", dans l'espoir que l'un de ces derniers se transforme en "oui". Ils devront répondre au plus tard le 4 juin à 23h59 pour les propositions faites les 1er et 2 juin, au plus tard le 5 juin à 23h59 pour les propositions reçues le 3 juin, puis au plus tard le lendemain soir pour les propositions reçues à partir du 4 juin.

Encore des inquiétudes pour les proches

La période de réponse des candidats est actuellement fixée à 37 jours, donc jusqu'au 7 juillet. C'est bien moins que les 108 jours d'attente, lors de l'année de création de la plateforme en 2018. Une réduction du délai dans le but de "réduire la période de stress", a expliqué sur franceinfo la ministre de l'Enseignement supérieur, Sylvie Retailleau. 

Pour autant, la plateforme reste une source d'angoisse pour les élèves et leurs familles. Et ce, malgré une messagerie et un numéro vert (0 800 400 070) mis à disposition des usagers. Libérer des places plus rapidement "est une bonne chose", estime Grégoire Ensel. Le président de la fédération de parents d'élèves FCPE estime tout de même que Parcoursup "reste une vaste machine à sélectionner qui n'est pas toujours très claire"

Pour accompagner les personnes en difficulté avec la plateforme, l'Unef, la Voix Lycéenne, la FIDL, le SAF (Syndicat des Avocats de France) et REVES Jeunes, ont annoncé dans un communiqué le lancement du dispositif SOS Inscription, "via les réseaux sociaux, lors de permanences physiques ou en appelant le 0 806 07 90 69".

Une deuxième phase pour les non-satisfaits

En parallèle, une phase d'admission complémentaire permettra aux candidats de formuler à partir du 15 juin jusqu'à dix nouveaux vœux dans les formations qui disposent encore de places. Pour libérer plus rapidement des places, les jeunes devront surveiller les réponses données sur la plateforme, mais aussi par SMS ou mail pour les réponses positives.

En 2022, quelque 94 000 candidats étaient toujours en attente à la fin de la phase principale, et 160 bacheliers étaient sans affectation à la fin de la phase complémentaire qui dure jusqu'en septembre, selon le ministère.