• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Le festival “Heiva I Paris” transforme Paris en capitale de la danse tahitienne

"Heiva I Paris", les 17 et 18 mai 2019 au Casino de Paris. / © J.-L. Serra / France 3 Paris IDF
"Heiva I Paris", les 17 et 18 mai 2019 au Casino de Paris. / © J.-L. Serra / France 3 Paris IDF

Le festival "Heiva I Paris" va faire danser le Casino de Paris sur des rythmes et des musiques venus de Tahiti, les 17 et 18 mai prochain. 200 participants et 16 nationalités sont représentés pour ce grand concours international de danse tahitienne.

Par J.-L. Serra / France 3 Paris IDF

Paris, capitale de la danse tahitienne. Le 17 et 18 mai, le Casino de Paris accueille le Heiva I Paris : un concours international de danse tahitienne qui attire 200 candidats venus du monde entier. 16 nationalités sont représentées.

C’est un événement qui grossit chaque année. Créé il y a cinq ans par le chanteur Ken Carlter, véritable ambassadeur de Tahiti à Paris, le concours international de danse tahitienne Heiva I Paris, qui était jusqu’à présent organisé à Bobino, voit plus grand.

Un mélange entre danse sensuelle et fitness

Cette année, face au succès, il s’offre la scène du Casino de Paris. Près de 200 participants du monde entier s’affronteront le 17 et 18 mai dans différentes catégories, en solo ou en troupe.

« Quand les filles découvrent les vidéos sur Internet et regardent les chorégraphies, je pense que ça leur plait, explique Ken Carlter. C’est une sorte de mélange entre une danse sensuelle qui permet de se sentir bien et également comme un sport, du fitness. »
 

Un concours ouvert aux professionnelles et aux danseuses en apprentissage

Et c’est vrai que le succès est au rendez-vous. Les danseuses viennent d’Europe de l’Est, des Etats-Unis ou encore du Japon.

« Elles viennent pour le concours qui a une très bonne renommée et pour Paris, qui est une capitale culturelle, poursuit-il. Elles en profitent, c’est du deux en un. » Le concours est ouvert aux professionnelles mais aussi aux danseuses encore en apprentissage.
 

« Transmettre ma passion et garder un pied dans la culture de mon île »

Dans le 20e arrondissement, l’école de Tahia Cambet - qui est née à Tahiti et qui s’est ensuite installée à Paris pour ses études - est devenue une référence Européenne.

« Je danse depuis que j’ai trois ans, et cette école me permet de transmettre ma passion et de garder un pied dans la culture de mon île », raconte-t-elle.
 

Une sorte de grande battle

« J’adore enseigner, c’est un échange très enrichissant », explique Tahia, qui compte désormais 250 élèves toutes catégories et tous niveaux confondus. Sa page Facebook rassemble, elle, plus de 70 000 fans.

La jeune femme, qui a gagné la compétition l’année dernière, affiche cette année 25 danseuses de l’école. Ces dernières s’affronteront aux meilleures danseuses du monde dans une sorte de grande battle. 

Heiva I Paris, les 17 et 18 mai 2019 au Casino de Paris (9e arrondissement).

Sur le même sujet

toute l'actu Danse

Seine-et-Marne – Le petit village de Flagy fait son festival dédié aux grands classiques du cinéma

Les + Lus