Cet article date de plus de 8 ans

François Fillon apporte son soutien à NKM

Mardi 26 février, François Fillon annonce qu'il ne briguera pas la mairie de Paris et apporte son soutien à Nathalie Kosciusko-Morizet.
© Eric Feferberg (AFP)

François Fillon renonce à se présenter à la mairie de Paris et apporte son soutien à Nathalie-Kosciusko-Morizet dans une interview au Monde de cet après-midi.

Ce n'est pas une surprise mais c'est néanmoins un événement. C'est la première fois que l'ancien premier ministre exprime publiquement et si nettement ses intentions pour la capitale.

Jusqu'içi, il ne s'agissait que de rumeurs répandues par son entourage parisien et favorisées par sa candidature aux législatives à Paris au mois de juin dernier.

"Je pense que Paris a besoin d'une nouvelle équipe municipale pour 10 ans qui se consacre essentiellement à cette tâche", explique-til dans les colonnes du quoitidien, rendant incompatible un destin parisien et une ambition nationale.

Une règle qu'il applique à Nathalie Kosciusko-Morizet  "femme innovante" à qui "il apportera son soutien et qu'il aidera à gagner Paris".

Il s'agit là d'un soutien sans ambiguité mais qui n'est pas dépourvu de malice et d'arrières-pensées. "Je ne veux pas qu'on se serve des élections locales comme d'un marchepied pour les élections nationales. Pour moi la politique , ce n'est pas une partie de chasse où il faut chaque année arborer un trophée pour prouver sa force", poursuit le député de Paris.

Un galet dans le jardin de NKM qui est également interessée par une candidature à la primaire UMP pour la présidentielle et dont l'ambition entrerait en collision avec celle de François Fillon.

François Fillon devrait reprendre ces arguments lors du meeting de ce soir à la Mutualité. Un meeting destiné à l'origine aux seuls militants parisiens mais qui prendra une tonalité très nationale.

Sur le volet parisien, François Fillon devra choisir avec soin ses mots et ses tournures de phrase.

      . que son soutien à Nathalie Kosciusko-Morizet ne la fasse pas apparaître comme une candidate de remplacement, une candidate par défaut ou une candidate de troisième choix comme ironise la gauche parisienne.

       . que sa décision de na pas se présenter à la mairie de Paris n'apparaisse pas comme un renoncement, un abandon ou pire une lâcheté. Au moment, où certains évoquent la "borlooisation" de Fillon,  il doit convaincre ses soutiens de sa détermination quand en privé beaucoup lui reprochent ne pas avoir été assez pugnace pendant la campagne de la présidence de l'UMP.
 

  

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020