Fusillade dans le commissariat du 13e : un policier toujours dans un état grave

L'état de santé du policier le plus grièvement blessé jeudi dans le commissariat du 13e arrondissement de Paris est toujours "préoccupant" selon le parquet de Paris. Un homme s'était emparé d'une arme de service alors qu'il avait été interpellé.

Jeudi soir, deux policiers ont été touchés par balle dans les locaux du commissariat du 13e arrondissement, où ils rentraient avec un homme âgé de 31 ans qu'ils venaient d'interpeller.

"Les protagonistes sont toujours hospitalisés. Compte tenu de leur état de santé, aucun d'eux n'a encore pu être entendu. L'état de santé du fonctionnaire de police grièvement blessé demeure préoccupant", indique le parquet de Paris.

Le préfet de police de Paris, Laurent Nuñez, a expliqué vendredi sur franceinfo que les policiers étaient intervenus vers 22h pour "une agression extrêmement violente au cutter sur une femme qui a été grièvement blessée". "L'homme était manifestement très excité", a-t-il ajouté.

L'agresseur aussi blessé par balle

Les policiers ont amené l'homme au commissariat et l'ont fait souffler dans un éthylotest dans la salle de fouille. C'est à ce moment-là qu'il s'est emparé de l'arme d'un fonctionnaire, a poursuivi le préfet.

L'homme, de "type asiatique" selon une source policière, a alors ouvert le feu, blessant grièvement deux policiers, âgés de 33 ans, avant d'être neutralisé par le tir de riposte d'un fonctionnaire. Atteint au thorax, il a été hospitalisé dans un état grave.

Laurent Nuñez n'a pas donné de détails sur le profil de l'auteur des coups de feu. "On ne sait pas s'il connaissait la femme", âgée de 73 ans, qu'il a agressée, a-t-il dit. Le suspect était "inconnu de la police et de la justice", selon le parquet.

Trois enquêtes sont ouvertes, l'une pour tentative de meurtre sur la septuagénaire, une autre pour tentative de meurtre sur personnes dépositaires de l'autorité publique, et la troisième pour violences volontaires avec arme par personne dépositaire de l'autorité publique, confiée à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN, la "police des polices").