Coronavirus : l'Île-de-France est aujourd'hui la région la plus touchée par le Covid-19 en France

Le personnel médical craint une arrivée massive de malades dans les hôpitaux parisiens ce week-end. / © JOEL SAGET / AFP
Le personnel médical craint une arrivée massive de malades dans les hôpitaux parisiens ce week-end. / © JOEL SAGET / AFP

L'Île-de-France est aujourd'hui la région la plus touchée par le virus avec 3384 cas recensés hier. Les médecins craignent une arrivée massive de malades ce week-end dans les hôpitaux. Certains demandent un renforcement des mesures de confinement.

Par EH/AFP

Les médecins sont de plus en plus nombreux à exiger une mise sous cloche "totale" de la population, estimant que le confinement instauré mardi est trop laxiste et en partie inefficace.

C'est un confinement total et absolu de l'ensemble de la population dont nous avons besoin, à l'instar des mesures déployées en Chine,

a estimé dans un communiqué le principal syndicat des internes de médecine (Isni), jugeant insuffisantes les mesures prises face à l'épidémie de Covid 19. En ligne de mire: la poursuite de l'activité dans de nombreuses entreprises "non vitales", mais aussi le maintien des transports en commun et l'autorisation de certaines sorties, qui résultent selon le syndicat du message "ambigu" délivré par le gouvernement.

"Votre responsabilité est d'être clair, précis et ferme (...) Vous devez cesser les demi-mesures et les discours équivoques", souligne l'Isni, dans un message adressé au président Emmanuel Macron.
 

"Il faut clairement serrer la vis. C'est la seule solution pour enrayer cette épidémie et empêcher d'avoir un scénario à l'italienne", estime ainsi le président des médecins de France Jean-Paul Hamon, lui-même contaminé par le coronavirus."Le problème, c'est que le message du gouvernement est contradictoire. On ne peut pas demander aux Français de rester confinés chez eux tout en leur demandant d'aller travailler: les gens ne comprennent pas", juge Jean-Paul Hamon.

"La situation épidémique est telle que la seule solution viable doit passer par un confinement total", abonde le syndicat Jeunes Médecins.


Application plus stricte du confinement

Pour la première fois, au 4ième jour du confinement, des personnes déjà verbalisées pour non respect de ce confinement ont été placées en garde à vue pour "mise en danger de la vie d'autrui"en Seine-Saint-Denis. Une première personne a été jugée en comparution immédiate ce vendredi à Bobigny après avoir été interpellée pour mise en danger de la vie d'autrui et outrage à agent.

Dans les Yvelines, le Val-de-Marne et le Val-d'Oise, les préfectures ont interdit l'accès aux parcs, jardins publics et aux forêts pour limiter les déplacements.
 

A Paris, les voies sur berges, les Invalides et le Champ de Mars sont interdits jusqu'à dimanche soir à Paris pour éviter que les Parisiens s'y rassemblent alors que le week-end s'annonce ensoleillé.
 

Lors d'une visite jeudi à l'Institut Pasteur, Emmanuel Macron a déploré que "trop" de personnes continuent de "prendre à la légère" les consignes de confinement, Edouard Philippe ayant déploré de son côté "la légèreté et l'insouciance" des Français. Mais le gouvernement a écarté dans le même temps un arrêt total de l'activité, exhortant les entreprises et salariés à la poursuivre afin que l'économie, déjà très affectée par la crise du coronavirus, ne s'arrête pas. Emmanuel Macron a présidé un nouveau conseil de défense ce vendredi. Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur, a décidé de ne pas durcir les règles de confinement mais de les « appliquer de façon plus stricte ».
 

Sur le même sujet

Les + Lus