Deux policiers agressés à Aulnay-sous-Bois

Deux policiers de la CSI 93 ont été pris à partie dimanche par une quinzaine d'individus. Les faits se sont déroulés dans la cité des 3000. Une enquête a été ouverte.

Un véhicule de police. [PHILIPPE HUGUEN / AFP]
Un véhicule de police. [PHILIPPE HUGUEN / AFP]

Un contrôle routier a tourné à la violence. Deux motards de la CSI 93 – la compagnie de sécurisation et d'intervention de Seine-Saint-Denis – ont été agressés et blessés dimanche après-midi dans la cité des 3000, à Aulnay-sous-Bois par une quinzaine d’individus, selon nos confrères de Franceinfo.

Dans une vidéo circulant sur les réseaux sociaux, on voit ces deux policiers frappés à coups de pied alors qu'ils sont au sol. Ils ont été hospitalisés.

Une enquête est en cours pour identifier et retrouver les agresseurs. La préfecture de Police de Paris, ainsi que plusieurs syndicats de Police, ont apporté leur soutien aux deux motards.

Une unité "controversée"?

La CSI 93 a beaucoup fait parler d'elle ces derniers mois. Elle fait l'objet d'une quinzaine d'enquêtes pour vol, violences et détention de drogue. En juin 2020, six policiers de cette unité avaient été placés en garde à vue, soupçonnés de vol, séquestration, transport, usage de stupéfiants et de faux en écriture publique. Ils étaient également suspectés de mises en scène pour incriminer des individus et d’avoir racketté des dealers. Quelques jours plus tard, le jeudi 2 juillet, quatre des policiers avaient été mis en examen pour faux et usage de faux par le parquet de Bobigny. Trois ont également été mis en examen pour violences en réunion par personne dépositaire de l’autorité publique.

L'un des membres de cette unité devait par ailleurs comparaître en procès devant le tribunal de Bobigny pour avoir frappé un jeune homme de 20 ans, trafiquant de stupéfiants, et d’avoir couvert sa bavure avec un faux procès-verbal. Le tribunal s'est néanmoins déclaré incompétent pour juger le policier, relevant que les actes ayant été commis par une personne dépositaire de l'autorité publique en fait un crime ce qui relève des assises.

Face à cette situation, le préfet de police de Paris Didier Lallemand avait prononcé la dissolution de la CSI 93. Elle devait, à l'origine, être "partielle". Elle a finalement été "totale". Mais d’après un document de Mediapart, Didier Lallemand aurait fait appel à la compagnie dans le cadre de la mise en place du premier couvre-feu en octobre 2020.

Réorganisation de la compagnie

La CSI 93 ne sera, en fin de compte, pas dissoute mais "réorganisée" durant le mois de janvier. La compagnie passera sous l'autorité de la CSI 75 selon la préfecture de police de Paris. Les quelque 150 agents de la CSI 93 resteront basés à Aulnay-sous-Bois et participeront à la sécurisation des quartiers. Ils assureront également des missions de maintien de l'ordre. Ils agiront dans un cadre interdépatemental, entre le nord de Paris et la Seine-Saint-Denis. Par ailleurs, les fonctionnaires de police mis en cause ont interdiction d'exercer et "devront avoir quitté la police" d'ici la réorganisation.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité