La Covid-19 en baisse dans les départements franciliens : le taux d'incidence inférieur à 400

Selon des chiffres mesurés au 4 mai, l'ensemble des départements d'Île-de-France sont passés sous la barre des 400 cas pour 100 000 habitants. Un chiffre à prendre avec précaution car les dépistages n'ont pas eu lieu le samedi 1er mai.

L'épidémie de la Covid-19 est en baisse en Île-de-France mais sa circulation reste élevée.
L'épidémie de la Covid-19 est en baisse en Île-de-France mais sa circulation reste élevée. © SEBASTIEN BOZON / AFP

Le troisième confinement pourrait montrer de premiers effets significatifs. Pour la première fois depuis des semaines, le taux d'incidence est passé sous les 400 cas pour 100 000 habitants. Une limite fixée par le président de la République lors de son entretien à la presse régionale qui encadrait les étapes du déconfinement à des freins d'urgence si ce taux d'incidence était dépassé.

L'ouest parisien est beaucoup moins touché par de nouveaux cas de la Covid-19. Les Yvelines et les Hauts-de-Seine ont respectivement un taux d'incidence de 264 et 293 à l'exception du Val-d'Oise avec un taux de 358. A l'inverse, les départements de l'est sont beaucoup plus touchés : aux alentours de 340 dans l'Essonne et en Seine-et-Marne.

Le Val-de-Marne et la Seine-Saint-Denis ont, eux, les taux les plus élevés avec 390 cas pour 100 00 habitants. Quand à Paris, le taux d'incidence y est de 321.

Des chiffres qui restent élevés

Ces chiffres, en baisse, doivent être pris avec précaution car le nombre de personnes testées y a été aussi moins élevé que les semaines précédentes en raison du 1er mai, jour férié où les dépistages n'ont pas eu lieu.

D'autant qu'un autre "frein d'urgence" a été évoqué par Emmanuel Macron : la saturation des services de réanimation. Or, en Île-de-France, la tension hospitalière y est très forte par endroit comme en Seine-et-Marne avec 222% d'occupation selon le site Covidtracker (il est de 152% dans l'ensemble de la région).

Ces chiffres restent particulièrement élevés. Le taux d'incidence était à moins de 100 début décembre après le deuxième confinement.

Vaccination ouverte à tous à partir du 15 juin

Autre préoccupation, l'Île-de-France est la région où la proportion de personnes ayant reçu au moins une dose est la plus faible (19,81% de la population francilienne) même si c'est la région où le plus de doses ont été distribuées.

Depuis le week-end dernier, tous les adultes atteints de comorbidités ou d'obésité peuvent se faire vacciner. Le 15 juin prochain, selon le gouvernement, la vaccination sera ouverte à l'ensemble des majeurs.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société