Statut de Paris : la réforme des arrondissements suscitent des réactions

La mairie de II arrondissement est concernée par la réforme du statut de Paris. / © Marion Ruszniewski / AFP
La mairie de II arrondissement est concernée par la réforme du statut de Paris. / © Marion Ruszniewski / AFP

A l'ordre du jour au Conseil de Paris : le regroupement des quatre premiers arrondissements en un seul. Cette réforme, proposée par la maire, Anne Hidalgo, divise les conseillers de la capitale. 

Par Cathy Dogon

Annoncée il y a quelque mois, la réorganisation de la ville est ce lundi débattue au Conseil de Paris. La maire, Anne Hidalgo, entend regrouper les I, II, II et IV arrondissements en un seul pour «rétablir une égalité entre les habitants». Avec Nathalie Kosciusko-Morizet en chef de file, certains conseillers de la capitale ont fait connaître leur (op)position sur les réseaux sociaux. 
Nathalie Kosciusko-Morizet s'affiche comme la première opposante à ce projet. Ce week-end, elle a réuni 53 conseillers Les Républicains autour d'une tribune, signée dans le Journal du Dimanche, énumérant les raisons pour lesquelles ce projet ne devait pas voir le jour. "La priorité de Mme Hidalgo, en ce début d’année, est de faire voter un redécoupage des arrondissements de Paris tant que la gauche est encore au pouvoir à l’Élysée" affirmait alors la candidate perdante des dernières élections municipales. 

La maire de Paris est en revanche suivie par des conseillers de son camp. Jean-Bernard Bros, conseiller de Paris et président du groupe Radical de gauche, Centre et Indépendants au Conseil de Paris, s'est exprimé sur son compte twitter, se montrant plus ambitieux même que la maire. 

L'une des principales critiques faites à cette réforme est l'impact qu'elle pourrait avoir sur les élections municipales de 2020. Si ce discours est tenu par Les Républicains, c'est aussi celui de l'UDI :  Maud Gatel est une élue du XVe arrondissement et 1e vice-présidente du groupe UDI-MoDem au Conseil de Paris.

Des arguments à gauche se font entendre concernant la pertinence de cette réforme. Anne Hidalgo rappelait d'ailleurs sa volonté première dans le Parisien de ce lundi 15 février. "Le Ier compte un peu plus de 17 000 habitants, quand il y en a plus de 240 000 dans le XVe. D'où cette idée de regrouper les quatre arrondissements du centre" affirmait-elle alors. Les conseillers et les mairies des I, II, III et IVe arrondissements seraient gardés, mais pas les maires. 

Maxime des Gayets, conseiller Régional d'Ile de France et adjoint au maire du deuxième arrondissement de Paris, a pris position sur Twitter




 

Journée de chasse en Seine-et-Marne

Près de chez vous

Les + Lus