Météo : un été plus chaud et plus sec à venir

Météo France prévoit que cet été a 50% de chances d’être plus chaud que la normale. Les mois de mai, juin et juillet seront aussi plus secs. 

La tour Eiffel et le soleil - Image d'illustration - JOEL SAGET / AFP
La tour Eiffel et le soleil - Image d'illustration - JOEL SAGET / AFP

Le mois de mai est là. Si tout va bien, les Parisiens et Franciliens pourront savourer les plaisirs des beaux jours grâce aux mesures de déconfinement. Rien ne vaut une balade au soleil. A condition toutefois que celui-ci ne tape pas trop fort. Car, qui dit mois de mai, dit forcément amorce de l’été, et des températures qui vont avec. Et c’est un été chaud, très chaud, qui devrait attendre une très grande partie de la France.

C’est en tout cas ce qui ressort de prévisions effectuées par Météo France, "Pour le trimestre mai-juin-juillet 2021, un scénario avec une température moyenne sur le trimestre supérieure aux normales devrait dominer sur la majorité de la France. Seules les régions proches du Nord-Ouest et la Manche ne verront aucun scénario se dégager", peut-on lire sur le site de prévisions.

En ce qui concerne le niveau de précipitations sur la même période "des conditions plus sèches que la normale sont les plus probables sur notre pays".

Plus précisément, l’organisme météorologique estime que cet été a 50% de chances d’être plus chaud que la normale. Il pourrait toutefois être agréable puisqu’il aura 40% de chances d’être comme les précédents (donc chauds), et seulement 10% de chances d’être plus froid. Cet été a aussi 50% de chances d’être plus sec que la normale. Une mauvaise nouvelle d'autant que les mois de février, mars, avril ont déjà connu peu de précipitations. 

© Méteo France

Loi "climat et résilience"

Du côté des météorologues, cela semble s'inscrire dans une certaine normalité. "Il n'y a rien d'extraordinaire dans cette prévision saisonnière (...) On est sur une tendance de réchauffement d'environ deux dixième de degrés par décennie liée à l'augmentation de l'effet de serre", nous explique le climatologue Jean Jouzel, membre de l'Académie des sciences. "Ce n’est pas une augmentation spectaculaire", ajoute-t-il. 

Ces prévisions ont été rendues publiques à la veille du vote solennelle prévu demain mardi à l’Assemblée nationale sur le projet de loi "climat et résilience", issu des travaux de la Convention citoyenne pour le climat. Ce projet lutte contre le dérèglement climatique et le renforcement de la résilience face à ses effets. Il vise à ancrer "l’écologie dans notre société : dans nos services publics, dans l’éducation de nos enfants, dans notre urbanisme, dans nos déplacements, dans nos modes de consommation, dans notre justice", peut-on lire sur le site internet du ministère de la Transition écologique.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
prévisions météo météo