A Paris, entre 600 et 1 000 Vélib’ « volés ou privatisés » chaque semaine

Smovengo, l’opérateur qui gère la location des Vélib’ dans la capitale et en banlieue parisienne, explique lutter contre le vol et le vandalisme. Chaque semaine, plusieurs centaines de vélos sont subtilisés.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Après de longs mois de polémique quant au manque de vélos en circulation, et à la piètre qualité du service, Smovengo continue de lutter contre le vandalisme. L'opérateur en charge du fonctionnement des Vélib’ doit faire face à plusieurs centaines de vols et d'engins « privatisés », et ce chaque semaine.

Le Parisien explique en effet que 600 à 1 000 deux-roues quittent la flotte à un rythme hebdomadaire. Smovengo en récupère ceci dit une bonne partie (parfois en très mauvais état), le nombre de vélos disparaissant pour de bon dans la nature étant plus évalué entre 100 et 300.

60 % des dégradations liées au vandalisme

On apprend par ailleurs que 60 % des dégradations sur les Vélib’ seraient liées au vandalisme, d’après Pierre Heyraud, directeur des opérations chez l’opérateur. Le reste serait davantage dû à l’usure.

Le phénomène ralentit donc la capacité de l’entreprise, selon elle, à réparer les engins au jour le jour.