• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

En période de forte chaleur, comment faire face à la pollution à l’ozone ?

La pollution à Paris (illustration). / © MAXPPP
La pollution à Paris (illustration). / © MAXPPP

Comme chaque été, les températures élevées provoquent l’accumulation d’ozone en Île-de-France. Depuis le début du mois de juillet, la région vit même son dixième jour de dépassement du seuil de recommandation. Que faire face aux risques ?
 

Par France 3 Paris IDF

Le danger rôde dans l’air parisien. Un danger invisible, toxique pour nos organismes et agressif : l’ozone. En période de pic, mieux vaut rester vigilant : ce polluant s'attaque entre autres aux muqueuses de l'appareil respiratoire, aux muqueuses oculaires, favorise l'asthme et provoque des troubles cardio-vasculaires et des problèmes de vision.

Rien de nouveau, ceci dit : comme à chaque période estivale, le manque de vent, le fort ensoleillement et l’explosion des températures favorisent l’accumulation d’ozone en région parisienne. Le trafic routier, synonyme de rejet d’hydrocarbures et de dioxyde d'azote – des composants chimiques polluants avec lesquels le gaz se combine – ne fait rien pour arranger la chose.

Alors, quel comportement adopter face au danger ?
 

Éviter le sport en plein air

Pour les personnes vulnérables (asthmatiques et insuffisants respiratoires ou cardiaques, par exemple), mieux vaut éviter toute activité sportive intense en plein air, ne pas sortir aux moments les plus chauds de la journée, et ne pas hésiter à contacter son médecin en cas de gêne inhabituelle.

Et pour le reste de la population, il est recommandé de privilégier les sorties courtes et limiter également les activités physiques en extérieur.

L’Île-de-France n’est pas la seule région touchée par la forte concentration d’ozone cette semaine : l'Est, la Bourgogne, la vallée du Rhône et la Gironde sont également concernés.

Sur le même sujet

Une nouvelle oeuvre de Jeff Koons à Paris

Les + Lus