Grève au Centre Pompidou : les personnels de la bibliothèque du musée rejoignent le mouvement

Les employés de la bibliothèque du Centre Pompidou ont rejoint le mouvement de grève suivi depuis plusieurs semaines par leurs collègues d'autres services du musée.

Les personnels de la bibliothèque du Centre Pompidou, qui doit fermer cinq ans pour travaux à partir de 2025, ont voté à leur tour la grève en solidarité avec leurs collègues du musée d'art moderne parisien, a appris l'AFP mardi de source syndicale. Les salariés de la Bibliothèque publique d'information (BPI), abritée dans le musée et fréquentée par de nombreux étudiants, ont voté à leur tour mardi la grève qu'ils commenceront jeudi,

Un rassemblement de soutien aux grévistes du musée a également réuni quelque 250 personnes mardi à la mi-journée, à proximité du bâtiment aussi appelé Beaubourg, a constaté une journaliste de l'AFP. Les manifestants, essentiellement des personnels du musée et leurs syndicats ont été rejoints par quelques élus LFI et EELV, des passants et des salariés des musées du Louvre et Picasso, ainsi que de la Tour Eiffel.

Inquiétude pour leurs emplois 

Les personnels grévistes, inquiets pour leurs emplois et leurs missions en vue de la fermeture en 2025 ont reconduit jusqu'au 15 décembre leur mouvement, qu'ils maintiennent par rotation entre les services. Ce mouvement a occasionné une douzaine de jours de fermeture depuis son démarrage mi-octobre. Les personnels de la bibliothèque réclament eux aussi des précisions quant aux conditions de déménagement de la bibliothèque dans un autre bâtiment du 12e arrondissement de la capitale pendant la fermeture et dénoncent le "saccage" de leur fonds d'ouvrages avec "la destruction de 100.000 livres" sur environ 350.000 recensés au total, selon Yannick Henrio du SNAC-FSU.

Inauguré il y a près d'un demi-siècle, le Centre Pompidou doit fermer progressivement à partir de 2025 pour d'importants travaux de désamiantage et de rénovation, prévus jusqu'en 2030.

Les personnels concernés par le déménagement, 480 sur un millier au total, doivent être redéployés au Grand Palais, dans des locaux de stockage des collections au nord de Paris, ainsi qu'à la bibliothèque déménagée dans un bâtiment au centre de Paris, puis, pour une cinquantaine d'entre eux, sur un nouveau pôle de création et de conservation à Massy en Essonne.