Cet article date de plus de 8 ans

Hôtel-Dieu : L'AP-HP ouvrira en octobre un centre de consultations à la place des urgences

A la place des urgences de l'Hôtel-Dieu, la direction de l'AP-HP souhaite ouvrir dès le mois d'octobre un centre de consultations de médecine générale sans rendez-vous ouvert 24H sur 24H. Une première en France.
Le centre de consultations en médecine générale envisagé, ouvert 24 heures sur 24, et aux tarifs de la Sécurité sociale (sans dépassements) serait unique en France. Il permettrait à des médecins hospitaliers de médecine générale et à des généralistes libéraux volontaires, d'examiner les cas de patients ne nécessitant pas d'hospitalisation, soit de 80 à 90% des cas des patients qui se présentent aux urgences à Paris, selon les chiffres généralement avancés. En cas de problèmes de santé nécessitant des examens plus approfondis, un véhicule du SMUR, qui resterait attaché à l'Hôtel-Dieu transférerait les patients dans d'autres services d'urgences d'hôpitaux voisins, en particulier à Cochin, établissement faisant partie du même groupe que l'Hôtel-Dieu.

Dans le cadre de son projet de transformation de l'Hôtel-Dieu, le plus vieil hôpital de Paris, en "hôpital universitaire de santé publique", sans lits d'hospitalisation, l'AP-HP entendait fermer le service d'accueil des urgences (SAU) le 4 novembre. Mais en juillet, la ministre de la Santé Marisol Touraine avait imposé un moratoire à la fermeture. Des personnels soignants, à l'initiative de la CGT et de l'urgentiste Gerald Kierzek, ont créé un comité de soutien. Ils occupent depuis une dizaine de jours une salle désaffectée du vieil hôpital. Ils devraient être reçu par la direction de l'AP-HP.

Outre le centre de consultations, qui proposera aussi --en journée seulement et sur rendez-vous -- des consultations de spécialistes à tarifs Sécu, le projet prévoit de créer un centre de recherche, une école de médecine générale, et le transfert du siège actuel de l'AP-HP, près de l'Hôtel de ville. La vente de l'immeuble aidera à financer le projet.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé