JO de Paris 2024 : les éboueurs réclament une prime exceptionnelle avec l'explosion attendue du tourisme

La CGT FTDNEEA, qui défend les éboueurs et égoutiers, a déposé un préavis de grève pour certaines semaines du mois de mai et du 1er juillet au 8 septembre. Ils demandent notamment une prime de 1 900 euros pendant les JO de Paris.

Paris va-t-elle crouler sous les déchets pendant les Jeux olympiques ? La CGT FTDNEEA compte bien sur la menace de cette image pas très carte postale pour avancer ses revendications.

Elle demande notamment une prime de 1 900 euros pour les agents qui travailleront pendant les JO, mais aussi une revalorisation générale des salaires des différents corps de métiers (éboueurs, conducteurs d'engins ou égoutiers).

Le préavis de grève concerne trois périodes : d'abord du 14 au 16 mai, puis du 22 au 24 mai et enfin, du 1er juillet au 8 septembre.

"On nous demande de ne pas partir en congés, d'être disponibles. Les agents vont devoir plus travailler avec l'augmentation du nombre de touristes. La population de la ville va doubler ou tripler selon les estimations. On est le même effectif pour faire le travail, en plus de la collecte quotidienne, du nettoiement des rues ou de l'entretien des égouts", explique Cristovao Bobby, délégué syndical CGT FTDNEEA.

Grève ce mardi

Selon la mairie de Paris, 16% des effectifs, soit un éboueur parisien sur six, était en grève ce mardi. "Les services de collectes ont été peu perturbés aujourd'hui", indique la mairie sans donner le volume de déchets non ramassés.

Mais selon la CGT FTDNEEA "se sont très fortement mobilisés", avec "70% à 90% de grévistes en fonction des arrondissements".

La CGT affirme que 400 grévistes "occupent" depuis 08h du matin le bâtiment de la direction des ressources humaines (DRH) centrale à l'Hôtel de Ville. Une délégation a été reçue par la DRH et l'exécutif de la maire Anne Hidalgo.

Les bureaux de la DRH occupés

Selon la mairie, 16% des effectifs, soit un éboueur parisien sur six, était en grève ce mardi.
"Les services de collectes ont été peu perturbés aujourd'hui", annonce la mairie sans donner le volume de déchets non ramassés.

La CGT FTDNEEA assure que les éboueurs et autres personnels de la direction de la propreté de l'eau (DPE) "se sont très fortement mobilisés", avec "70% à 90% de grévistes en fonction des arrondissements".

Le syndicat affirme que 400 grévistes "occupent" depuis 8 heures du matin le bâtiment de la direction des ressources humaines (DRH) centrale à l'Hôtel de Ville. 

Un nombre limité d'agents concernés par la prime

Du côté de la mairie de Paris, on rappelle qu'Olivia Polski, adjointe chargée des ressources humaine, avait "annoncé en avril que tous les agents contribuant à la réussite des Jeux percevraient des gratifications allant de 600 à 1 900 euros en fonction de critères d'intensification de la charge de travail et de la mobilisation".

Cependant, selon Cristovao Bobby, délégué syndical CGT FTDNEEA, cette prime ne concerne que "150 agents sur 7 000, ceux qui sont dans les cinq 'teams olympiques'. Alors que tous les agents seront mobilisés".

Ce mardi, une délégation a été reçue par la DRH et l'exécutif de la maire Anne Hidalgo.

Pénibilité au travail

D'autres professions ont d'ores et déjà obtenu des "primes JO" ou des revalorisations à l'image des forces de l'ordre ou des cheminots.

Ces professions sont d'ailleurs considérées comme étant particulièrement touchées par la pénibilité au travail. Selon franceinfo, qui cite un rapport de l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS), "les salariés des métiers de la collecte et du tri des déchets ménagers sont exposés à de fortes contraintes physiques et psychiques", et le nombre d’accidents du travail dans le traitement des déchets ménagers est deux fois supérieur à la moyenne nationale.

Selon le même média, plusieurs études démontrent une réelle surmortalité des égoutiers.

En mars 2023, la grève des éboueurs parisiens contre la réforme des retraites avait duré plus de trois semaines, entraînant un amoncellement des déchets dans les rues de capitale, avec un pic à plus de 10 000 tonnes.