JO de Paris 2024 : "Les tests se sont bien déroulés" indique Pierre Rabadan, au lendemain du démontage des premières boîtes des bouquinistes

Plus sur le thème :

Un test technique a été organisé vendredi pour permettre d'évaluer le temps nécessaire au démontage et à la reconstruction des boîtes des bouquinistes. Ce samedi, Pierre Rabadan et Laurent Nunez ont fait le point sur cette opération.

"Les tests se sont bien déroulés. Nous avons aujourd'hui la certitude que nous pouvons déposer puis reposer les boîtes dans de bonnes conditions et dans un temps raisonnable", a fait savoir Pierre Rabadan, adjoint à la maire de Paris en charge du sport, des Jeux olympiques et paralympiques et de la Seine, à l'occasion d'un point organisé avec la presse.  

Au total, quatre boîtes appartenant à un bouquiniste ont été retirées, puis réinstallées. La ville de Paris explique par communiqué qu'à cela s'ajoute : "8 boîtes abandonnées, dont l'état était davantage dégradé, qui ont été retirées définitivement. Ces boîtes seront utilisées par les artisans menuisiers de la Ville de Paris pour tester des techniques de réfection les plus appropriées."

Laurent Nunez a indiqué qu ' : "il serait demandé le retrait des boîtes quand cela sera strictement nécessaire pour des raisons de sécurité". Il a par la suite rappelé que "le maintien des boîtes" serait "le principe", et "le retrait l'exception". 

Des mesures de sécurité 

Cette décision du préfet de police de retirer certaines boîtes situées sur les quais de Seine, où se tiendra la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques en juillet prochain, était motivée par des raisons de sécurité.

La première est relative aux espaces existants entre les boîtes des bouquinistes. Des interstices dans lesquels le public, qui viendra assister à la cérémonie d'ouverture, pourrait s'engouffrer, risquant "un mouvement de foule". La deuxième inquiétude est la menace terroriste, comme l'a rappelé le préfet de police, avec la crainte que "des choses" soient déposées dans les boîtes. 

Interrogés sur le nombre de boîtes qui devront être retirées des quais de Seine, Laurent Nunez et Pierre Rabadan n'ont pas communiqué de chiffres précis. Le préfet de police a toutefois souligné qu'en fonction du nombre de boîtes qui seraient maintenues sur site, la jauge d'accueil pour la cérémonie d'ouverture serait impactée. Il a également fait savoir que les bouquinistes qui se verraient retirer leurs boîtes en vue de la cérémonie d'ouverture des Jeux de Paris seraient indemnisés. 

Les bouquinistes inquiets 

Une quinzaine de bouquinistes étaient présents durant ce point presse. Plusieurs ont notamment critiqué la durée de l'opération menée vendredi soir, environ six heures pour enlever quatre boîtes.

"Le test a été fait de manière plutôt propre, ils ont eu de la chance, les boîtes étaient de très bonne qualité, très solides, ça ne sera pas le cas pour toutes", a affirmé aux journalistes Jérôme Callais, le président de l'Association culturelle des bouquinistes de Paris. "J'espère que le dialogue va continuer. On ne peut pas continuer comme ça dans l'incertitude, ça fait quatre mois qu'on dort tous mal", a-t-il ajouté.

Fin juillet, les bouquinistes ont été informés que pour des raisons de sécurité, plusieurs centaines de boîtes de livres installées le long des quais devraient être temporairement déplacées quelques jours avant la cérémonie d'ouverture des JO, le 26 juillet sur la Seine.

Depuis, ils se battent pour que ces boîtes restent en place, scellées le temps des préparatifs. Déjà délaissés par les Parisiens et fragilisés par le Covid-19, ils estiment que beaucoup d'entre eux ne survivront pas s'ils doivent attendre qu'en pleine saison touristique, on enlève, restaure et réimplante leurs boîtes en bois vert wagon.

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Paris Ile-de-France
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité