La dernière pollution à l'amiante de la Tour Monparnasse pourrait être due à la malveillance

Publié le Mis à jour le

Selon les co-propriétaires, la dernière "alerte" à la pollution ponctuelle à l'amiante détectée dans la Tour Montparnasse "pourrait être due à un acte de malveillance".

Dans la nuit du 7 au 8 octobre dernier, des particules de la fibre cancérigène avaient été repérées dans un local de service au sous-sol de la Tour. Cette alerte intervenait dans le cadre de la surveillance obligatoire sur l'ensemble du site à la demande de la préfecture de Paris. Le niveau d'empoussièrement mesuré à ce moment là, avait atteint 15 fibres par litre, alors qu'il ne doit pas dépasser 5 fibres par litre. Puis, de nouvelles mesures faites dans la nuit du 9 au 10 octobre avaient montré que la situation était revenue à la normale.

Ce mercredi 15 octobre, les copropriétaires ont fait état d'une "présomption d'acte de malveillance" concernant cette pollution. Ils indiquent que l'expert amiante a conclu après enquête que "les débris de plâtre amianté retrouvés auprès du capteur de mesure situé dans un local du 6e sous-sol ne peuvent provenir de la pièce incriminée et ont donc été déposés à cet endroit". Les co-propriétaires ont précisé qu'ils ont décidé de porter plainte.

Dans ce dossier, une information judiciaire a été ouverte par le parquet de Paris, notamment pour "mise en danger de la vie d'autrui", tandis qu'une vingtaine de salariés ou ex-salariés ont engagé une action aux prud'hommes pour faire valoir un "préjudice d'anxiété".