Le Mémorial de la Shoah tagué de "mains rouges"

Dans la nuit de lundi à mardi, le "Mur des Justes" du Mémorial de la Shoah situé à Paris dans le 4e arrondissement a été tagué de "mains rouges". Cet édifice rend hommage à près de 4 000 personnes qui ont sauvé des Juifs pendant la Seconde guerre mondiale.

Des tags représentant des "mains rouges" ont été peints lundi soir sur le mur des Justes à l'extérieur du Mémorial de la Shoah, rapportent des responsables politiques et religieux, ce mardi 14 mai.

D'autres lieux du quartier, écoles ou crèches, ont été vandalisés, précise le Mémorial de la Shoah dans un communiqué qui s'indigne de cet "acte lâche et haineux, quels que soient les auteurs et la signification de ces 'mains rouges' taguées" et souligne un climat d'antisémitisme.

"Notre institution est un lieu d’éducation et de connaissances historiques. Nous agissons contre l’intolérance et l’ignorance dans un moment de confusion et d’instrumentalisation de l’histoire de la Shoah et des génocides", précise jacques Fredj, directeur du Mémorial.

La maire de Paris, Anne Hidalgo (PS), a réagi sur sa chaîne WhatsApp : "Je condamne avec la plus grande fermeté ces actes inqualifiables. Aucune cause ne saurait justifier de telles dégradations qui salissent la mémoire des victimes de la Shoah et des Justes qui ont sauvé des Juifs au péril de leur vie."

Dans son message, la maire de Paris indique avoir demandé qu’un constat de police soit réalisé avant d’effacer les graffitis. "J’ai également saisi la procureure de la République de Paris au titre de l’article 40 du code de procédure pénale", ajoute Anne Hidalgo.

Le Mur des Justes du Mémorial de la Shoah vandalisé la nuit dernière

Même indignation pour le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) Yonathan Arfi. "Quels que soient les auteurs, cette dégradation du Mémorial de la Shoah, symbole des mains ensanglantées des terroristes qui ont lynché deux soldats israéliens en octobre 2000, résonne comme un cri de ralliement haineux contre les Juifs", a écrit M. Arfi dans un message posté sur le réseau social X.

> A lire : manifestations propalestiniennes : trois questions sur les mains rouges brandies par des étudiants de Sciences Po mobilisés à Paris

Ariel Weil, le maire de Paris centre (1er, 2e, 3e et 4e arrondissements) a lui aussi réagi sur X. Il a indiqué que des prélèvements ont été effectués par la police et les vidéos de surveillances transmises aux forces de l'ordre. Il a précisé qu'une plainte serait déposée par la mairie de Paris centre. Mardi, le Mur des Justes était en cours de nettoyage par les services techniques. 

Une enquête a été ouverte pour dégradations aggravées a indiqué mercredi le parquet de la capitale.