• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Les locataires parisiens vont pouvoir sous-louer leur appartement avec Airbnb

Airbnb et Century 21 vont permettre, avec accord du propriétaire, aux locataires parisiens de sous-louer leur appartement. / © PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN/MAXPPP
Airbnb et Century 21 vont permettre, avec accord du propriétaire, aux locataires parisiens de sous-louer leur appartement. / © PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN/MAXPPP

Airbnb s'intéresse aux 60% de parisiens locataires de leur appartement. La compagnie américaine a conçu avec Century 21 un avenant au bail qui prévoit un partage de revenus entre locataires et propriétaires d'un logement.

Par Antoine Marguet avec MT

Sous-louer en toute légalité, c'est ce que va pourvoir faire Hannah Saadoun. Depuis 2 ans, elle loue ce 2 pièces non loin des grands boulevards 900 euros par mois. D'ici quelques jours, elle proposera son appartement à 100 euros la nuit, soit un peu moins cher que le prix des hôtels dans le secteur : "Je compte mettre mon appartement sur Airbnb les périodes où je suis en congé ou en week-end, pour avoir un petit complément de revenu."

Récupérer les appartements loués est un enjeu majeur pour Airbnb, surtout quand on sait que 60% des parisiens sont locataires. Alors pour convaincre, la plate-forme américaine s'est associée avec un nom qui rassure, le réseau immobilier Century 21. C'est à eux de convaincre les propriétaires d'autoriser la sous location de leur appartement.
 

Contrat gagnant/gagnant

"L'idée était de se dire que si le locataire peut sous-louer pendant ses durées de stage, pendant ses vacances, une période de déplacement à l'étranger, il va pouvoir garder son appartement plus longtemps, il va l'entretenir et pour le propriétaire, c'est moins de rotation, de frais", explique Nathalie Naccache, agente à Century 21.

Un contrat gagnant/gagnant selon Airbnb. Sur 100 euros, Hannah en touchera 70, ses propriétaires 23 et l'agence 7. La seule limité du système est de ne pas louer plus de 120 jours par an.
"Maintenant, c'est à elle de bien choisir avec un Airbnb le locataire qui viendra. Parce que je ne veux pas retrouver l'appartement en ruine bien sûr. Et elle non plus. Lorsque le contrat est signé, c'est elle qui est responsable", indique Martine Emery, propriétaire de l’appartement.

Aujourd'hui Airbnb revendique 65.000 appartements à louer dans la capitale. Avec ce système de sous location légale, le géant américain rêve de dépasser la barre des 100.000 annonces à Paris.
 

Sur le même sujet

A Paris, des habitants sont formés pour éradiquer la présence de rats

Les + Lus