Malgré une légère croissance de la population, les Franciliens sont de plus en plus nombreux à quitter la région

Plus de départs que d'arrivées, mais des naissances qui compensent. Voici trois faits à retenir de la dernière étude de l'Insee sur la démographie francilienne.

Avec 18% de la population nationale, l'Île-de-France reste la région la plus peuplée de l'Hexagone. Selon les derniers chiffres publiés par l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), au 1er janvier 2021, la région francilienne compte un peu plus de 12 millions d'habitants, avec une croissance annuelle de 0,3%. Autrement dit, depuis 2015, le territoire gagne en moyenne chaque année plus de 39 000 habitants.

La population régionale continue d'augmenter très légèrement

Cette hausse de la population générale s'explique par un fort excédent de naissances sur les décès, comme en témoigne Jean-Michel Arnoux, chef du service statistique de l’Insee Ile-de-France : "C'est le solde naturel qui tire à la hausse la variation."

Mais le solde migratoire apparent, qui correspond à "la différence entre le nombre de personnes qui sont entrées sur le territoire et le nombre de personnes qui en sont sorties", selon la définition de l'Insee, lui, est déficitaire.

"Ce qui veut dire qu'il y a plus de départs que d'arrivée en Île-de-France, détaille Jean-Michel Arnoux, c'est un phénomène qui n'est pas nouveau." Sur la période 2015-2021, la part due au solde migratoire dans la région est de -0,5%, contre -0,4% sur la période précédente. 

Paris continue de perdre des habitants

Depuis 2012, la capitale perd chaque année des habitants. Sur la période 2015-2021, l'Insee nous apprend que la capitale a perdu en moyenne 12 200 habitants chaque année, "soit une baisse de 0,6% en moyenne par an".

Une situation atypique, puisque Paris est le seul département francilien qui connaît une décroissance de sa population. "Les départs de Paris sont un phénomène déjà ancien qui s'est amplifié depuis la crise du Covid et le télétravail", détaille le chef du service statistique de l’Insee Ile-de-France. "Cela ne veut pas dire que les gens partent nécessairement hors de l'Île-de-France, mais ils s'éloignent de la capitale", poursuit-il.

 

Les territoires au nord et à l'est de Paris gagnent en habitants

En matière de dynamisme démographique, la Seine-Saint-Denis est championne. Selon l'Insee, le département gagne chaque année 12 700 habitants.

→ À lire : CARTE. Quelles communes d'Île-de-France ont gagné le plus d'habitants ces dernières années ?

Une forte croissance qui s'explique principalement par le nombre de naissances avec un solde naturel de 1,2, uand la moyenne nationale est à 0,2 sur la même période. "Cela est lié à la structure des différentes populations, et notamment à la structure de l'âge avec une population jeune", raconte Jean-Michel Arnoux.

De manière générale, la croissance démographique est plus soutenue au nord et à l'est de Paris. "Au sein de la métropole du Grand Paris Express, la croissance démographique est tirée principalement par les établissements publics territoriaux de Seine-Saint-Denis, proches de Paris, en particulier Plaine Commune et Est Ensemble où la population augmente trois fois plus vite qu’en moyenne dans la Région", indique l'Insee dans son étude.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité