• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Militant agressé par des skinheads à Paris : Bertrand Delanoë est «horrifié». Les réactions...

© JOEL SAGET / AFP
© JOEL SAGET / AFP

Après l'agression par des skinheads de Clément Méric, un jeune militant de 18 ans, mercredi à Paris, les réactions des associations et personnalités politiques se multiplient. Parmi elles, François Hollande, Bertrand Delanoë, Manuel Valls, Anne Hidalgo, Marine Le Pen, mais aussi Pierre Bergé...

Par Olivier Couvreur

Le Parti de Gauche a appelé à un rassemblement à 18h30 place Saint-Michel, pour rendre hommage à Clément Méric, un jeune militant de 18 ans violemment agressé par des Skinheads à Paris mercredi en fin de journée. La victime se trouvait jeudi matin dans un état de mort cérébrale. Le Parti de Gauche affrime que ce dernier serait décédé. 
Dans la nuit, de nombreuses personnalités ont tenu à réagir, exprimant "l'horreur", dénonçant "ce crime odieux", déclarant leur "indignation et notre colère"...

Manuel Valls, ministre de l'Intérieur, a déclaré dans un communiqué que cette violence "porte la marque de l'extrême droite"

De son côté, Marine Le Pen, présidente du Front national a assuré que son parti n'a «aucun rapport» avec la mort «épouvantable» de Clément Méric. L'eurodéputée a déclaré sur RTL que le FN «n'a aucun rapport, ni de près ni de loin» avec «ces actes inadmissibles et insupportables».


En visite officielle au Japon, François Hollande "condamne avec la plus grande fermeté l'agression de cet étudiant". 

Dans un communiqué, le maire de Paris, Bertrand Delanoë, à déclaré : 

«J'apprends avec horreur l'agression mortelle perpétrée par des militants d'extrême droite dont a été victime un jeune militant aux abords de la gare Saint Lazare ce soir. Je souhaite que la police et la justice parviennent à identifier rapidement les coupables et à prendre toutes les mesures qui s'imposent», écrit-il en adressant ses «pensées les plus émues à sa famille et a ses proches».


Le Parti de Gauche, qui a annoncé la mort du militant, «interpelle le ministre de l'Intérieur et exige que les forces de police agissent dans les plus brefs délais pour retrouver les responsables de ce crime odieux et exige également la dissolution des Groupes d'extrême droite qui multiplient les actes de violence à Paris et à travers le pays depuis plusieurs semaines». Il appelle à un rassemblement place Saint-Michel ce jeudi à 18h30. 
Dans un communiqué Ian Brossat, président du groupe PCF/PG au Conseil de Paris réagit vivement "Honte à ceux qui, ces derniers mois, ont donné des brevets de respectabilité à l'extrême-droite. Honte à ceux qui ont laissé proférer des appels à la haine. Honte à ceux qui ont préparé les esprits pour que puisse se produire un tel drame."
Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate UMP aux municipales 2014 à Paris a réagi dans la matinée,


Anne Hidalgo, 1ère adjointe au Maire de Paris et candidate PS aux municipales 2014 à Paris :

Pierre Bergé, sur Twitter, est indigné et le fait savoir à travers de nombreux posts envoyés sur le réseau social :


Clémentine Autain se dit "sidérée par l'assassinat d'un jeune militant anti-fascite par des faschos" :



Jean-Vincent Placé, sénateur de l'Essonne et président du groupe EELV au Sénat , a parlé d'un acte "dramatique, ignoble" et il a déploré une "droitisation extrême de la vipe politique qu'elle soit nationale ou européenne."
Eva Joly est "choquée" et exige "plus de vigilance et de respect" : 


Le Mouvement des Jeunes Socialistes demande "la dissolution des groupuscules d'extrême droite" : 


SOS Racisme, dans un communiqué, déclare que "si l'enquête confirme que des membres du groupe d'extrême-droite Jeune Nationaliste Révolutionnaire sont impliqués, «cela illustrerait à quel point les groupuscules fascistes tels que les JNR sont un danger pour le vivre-ensemble et pour la sécurité publique".

>> Voir le reportage d'Alexandra Elkaim

DMCloud:74779
Clément Méric : les réactions politiques
Cette agression a provoqué une vague d'indignation et de réactions politiques, le parti de Gauche se dit "très choqué", maire de Paris Bertrand Delanoé "horrifié". Quand à Marine Le Pen, elle estime que le FN n'a rien voir avec ce drame...



 

A lire aussi

Sur le même sujet

5.000 petits Franciliens invités par le Secours populaire à profiter de la plage de Deauville

Les + Lus