• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Dans le rétro. Mondial de l'auto : retour sur la relation ambiguë des Français avec la voiture

Un petit garçon d'environ 4 ans, François, et sa sœur Laurence jouent aux petites voitures en 1960. / © INA
Un petit garçon d'environ 4 ans, François, et sa sœur Laurence jouent aux petites voitures en 1960. / © INA

Avec plus d’un million de visiteurs, le salon continue d'attirer les amateurs de belles mécaniques. Tout en étant de plus en plus conscient des nuisances de la voiture sur l'environnement ou la santé, nous sommes toujours nombreux à céder à ses facilités et à succomber à ses charmes.

Par Sylvie Drouin

L’automobile, un rêve d'enfant ?

En 1972, un psychiatre français, le professeur Held, parle de "toxicomanie automobilistique" pour désigner la relation de l’automobiliste à sa voiture. Son diagnostic est sans appel quant à la capacité de l’automobiliste à se libérer de la voiture : non il ne peut pas, "Pas plus que du Gros Rouge" !

Tout petit déjà le petit d'homme est initié au culte de l'automobile. La petite voiture est souvent un des premiers jouets pour les garçons, mais pas seulement, les filles aiment tout autant jouer avec elle, y compris celle à pédales.

Merveilleuse invention, l'automobile est synonyme de liberté, voyage, indépendance, vitesse, modernité, signe ostentatoire de richesse, et le Salon Mondial à Paris est le rendez-vous incontournable de ses amateurs depuis 1898.
 


Les anti-voitures : ce n’est pas nouveau

Rêver d’être seul dans la rue… un rêve impossible depuis la conquête de l’automobile. La circulation infernale dans les centres villes, la pollution de l’air, le bruit sont les nuisances connues de tous et générées par l’automobile, surtout aux heures de pointe comme nous le montre une archives des Actualités Française de 1955.

Déjà en 1976, à l'occasion du futur Salon de l'Auto, un "contre-salon", soutenu par René Dumont écologiste ex-candidat à la présidentielle, est organisé par une équipe de fervents partisans du vélo qui souhaitent ardemment une meilleure prise en compte de la bicyclette à Paris et dans toutes les grandes villes.

Le défi climatique est désormais un des grands défis. Avec la politique anti-voiture d'Anne Hidalgo, la capitale est devenue le champ de bataille des automobilistes invétérés et de ses détracteurs qui se déplacent autrement : en transport en commun, à pied, à vélo, en rollers, à trottinette…

Le retour des voitures sur les berges serait une folie […] Elles sont même devenues le moyen le plus rapide de traverser Paris… écrit Anne Hidalgo dans son livre Respirer (2018)
 

Pourquoi venir au Mondial de l'Auto en 2018 ?

Pour admirer ses prototypes, et espérer y voir la voiture idéale.  Celle qui conciliera les passions des uns et les besoins de qualité de vie des autres.

En attendant jetons un dernier coup d’œil dans le rétroviseur des archives de télévision sur un prototype inédit de 1970 qui pourrait résoudre nos problèmes de circulation…

Il s’agit de l’Automodule à circulation circulaire car rien n’est plus euphorisant que de tourner en rond sur soi-même !
 

A lire aussi

Sur le même sujet

A Saint-Maur, la colère des habitants face au balai incessant des avions

Les + Lus