Le mot "collabo" tagué sur le siège parisien du PCF, le parti accuse l'extrême droite

Le mot "collabo" a été tagué ce samedi sur la coupole blanche du siège du parti communiste à Paris. Un acte attribué à l'extrême droite par le secrétaire national du PCF Fabien Roussel.

Le tag a été inscrit sur la coupole blanche du siège du PCF, place du Colonel Fabien à Paris.
Le tag a été inscrit sur la coupole blanche du siège du PCF, place du Colonel Fabien à Paris. © IP3 PRESS/MAXPPP
Un graffiti écrit en lettre rouge "COLLABO!!" a été inscrit samedi sur la coupole blanche qui abrite un des bâtiments du siège du parti communiste français (PCF) situé place du Colonel Fabien dans le XIXe arrondissement de Paris. Le tag a été effacé du bâtiment conçu par l'architecte Oscar Niemeyer et classé dans la journée de dimanche.

"Nous sommes attaqués par les descendants des nazis, l'extrême droite française", a affirmé Fabien Roussel, secrétaire national du parti communiste, à l'AFP. Il a jugé particulièrement "honteux qu'on attaque le parti communiste, qui a été très présent dans la Résistance et qui a payé cher son combat contre l'occupant nazi". "Non, je ne dénonce pas, je n'en suis pas l'auteure", a répondu la présidente du RN interrogée ce dimanche au Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI, avant de parler "d'accusations purement gratuites" du PCF.
 

Le PCF va porter plainte

M. Roussel a relevé que ce tag était inscrit deux jours après l'anniversaire de la mort du résistant communiste Guy Môquet, le 22 octobre 1941, que le PCF commémore chaque année.

"Ce graffiti nauséeux est insultant pour l'histoire de ce parti et de celles et ceux qui y militent. Il est aussi révélateur d'un débat public qui tourne mal. Cette haine qui se déchaîne contre les forces de gauche et écologistes est terriblement dangereuse", a réagi David Belliard, adjoint (EELV) à la maire de Paris en charge des Transports

Le chef de file de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a lui déploré une "Écœurante agression contre le @PCF. La meute a été lâchée. Les appels aux lynchage de la gauche par le #FN et #LREM finiront mal".

Le premier secrétaire du Parti socialiste a lui apporté sa "solidarité" aux militants du parti communiste et affirmé : "Le débat prend une sale tournure. Il y a trop d’apprentis sorciers qui cherchent la fracturation de la société là où il faudrait au contraire fédérer autour de la défense de la République qui est notre bien commun."

Selon M. Roussel, le PCF va porter plainte après cet acte de vandalisme.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
parti communiste politique justice société