"On se retrouve avec une ZAD à Montmartre" : le club de pétanque bientôt expulsé ?

Alors que les licenciés du club de pétanque de Montmartre refusent de quitter le terrain qu'ils occupent depuis un demi-siècle malgré une décision du Conseil d'Etat, le préfecture de police prévient qu'ils seront expulsés si la médiation avec la Ville échoue. Au Conseil de Paris, les boulistes sont notamment soutenus par le groupe écologiste.

Les licenciés du Club Lepic Abbesses Pétanque (Clap), en conflit avec la mairie de Paris, vont-ils être bientôt expulsés de Montmartre ? "Si la médiation proposée n'aboutit pas, le concours de la force publique sera accordée pour cette expulsion", a indiqué jeudi la sous-préfète Elise Lavielle lors d'un débat sur le sujet au Conseil de Paris.

Selon la directrice adjointe de cabinet du préfet Laurent Nuñez, ce dernier veut mener l'éventuelle expulsion "dans un climat le plus apaisé et selon les modalités les plus apaisées possibles". Depuis le 19 avril, certains des 300 licenciés du Clap se relaient jour et nuit, dormant dans des tentes, pour empêcher leur expulsion de leur terrain de pétanque, un espace vert protégé niché au coeur de la butte, sur la très chic avenue Junot.

La mairie, propriétaire du terrain, a pourtant obtenu gain de cause auprès du Conseil d'Etat. Elle veut récupérer ce boulodrome, que le club "occupe sans droit ni titre" depuis 1971, fait-elle valoir, pour en faire un "espace vert accessible" aux Parisiens qui "en ont été trop longtemps privés".

En juillet 2023, les élus parisiens, divisés sur le sujet, ont confié pour douze ans cette parcelle à l'hôtel de standing mitoyen, qui s'est engagé à verser une redevance annuelle de 60 000 euros, la végétaliser et l'ouvrir au grand public.

"Quelle image donnerait-on en expulsant un club de boulistes, le premier club de Paris ?"

Depuis avril, la situation est donc bloquée et "on se retrouve avec une ZAD (zone à défendre) à Montmartre, à quelques semaines des Jeux olympiques", a fustigé en séance l'élu écologiste Emile Meunier, dont le groupe, allié de la maire PS Anne Hidalgo, soutient le club.

"Quelle image donnerait-on en expulsant un club de boulistes, le premier club de Paris ?", a abondé Pierre-Yves Bournazel (Horizons), autre élu du 18e arrondissement qui soutient le club.

De son côté, le premier adjoint Emmanuel Grégoire a réclamé "un peu d'apaisement" en soulignant une "tentative d'incendie criminel ce week-end" dans la parcelle de l'hôtel voisin. "A quel moment considère-t-on qu'un incendie criminel fait partie du champ d'actions militantes et revendicatives ?", a-t-il demandé.

Mentionnant des "actes de malveillance" et "d'intimidation", Elise Lavielle a relevé que "l'origine criminelle" du départ de feu "n'est pas encore établie". "On n'a pas de plainte déposée par le gérant" sur ce sujet, a précisé la sous-préfète.

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité