Palpation des seins, entre les fesses et sur le pubis : une supportrice du PSG affirme avoir subi des fouilles abusives au stade de Barcelone

durée de la vidéo : 00h01mn50s
Reportage : A. Delcourt / F. Castaingts / J. Fagot ©France 3 PIDF

Une supportrice du PSG dit avoir subi des fouilles abusives mardi soir à l'entrée du stade de Barcelone. Le PSG y était en déplacement pour le match retour des quarts de finale de la Ligue des champions.

Assister à un match du PSG à Barcelone, c'était pour elle une grande première. Anoush Morel, 30 ans et fan de football, en garde pourtant une expérience amère. Mardi, aux abords du stade, quelques tensions éclatent entre supporters français et espagnols. La police intervient avant de laisser entrer le public.

C'est le moment de passer par la case sécurité pour Anoush : "C'est la douche froide, on se fait palper les seins, passer la main entre le pubis et les fesses. J'ai dû me retourner pour faire la même chose. C'était très intrusif, très désagréable".

Deux jours après, la présidente de l'association Her Game Too se dit choquée et énervée : "Je vais voir un match de foot, je n'ai pas à me faire palper dans tous les sens comme ça surtout que je vais très souvent voir des matchs de foot et que ça ne m'est jamais arrivé. Il y a eu une intrusion de mon intimité donc on peut parler d'agression sexuelle".

Une pratique récurrente ?

Comme elle, des supporters français dénoncent régulièrement des fouilles abusives à l'étranger. Des témoignages à Lisbonne, Milan ou encore Barcelone. Des matchs sous tension avec des hooligans et des agents de sécurité dépassés.

Arnaud Hermant, journaliste spécialiste du football à l'Equipe explique : "La taille d'un pétard, parfois, c'est la taille d'un petit doigt donc si vous voulez le détecter, il faut vraiment être un peu zélé sur la fouille et généralement, les supporters, ils les cachent là où on ne fouille pas".

À Barcelone, il n'y a eu aucun incident au contrôle de sécurité selon l'UEFA. Anoush Morel a malgré tout lancé un appel à témoins pour recenser les victimes potentielles. À ce stade, aucune plainte n'a été déposée.