Paris : Anne Hidalgo veut une taxe de séjour pour les hôtels à plus de 100 euros

L'hôtel Le Peninsula / © France 3 Paris
L'hôtel Le Peninsula / © France 3 Paris

C'est un sujet polémique contre lequel les professionnels de l'hôtellerie se sont déjà érigés : une hausse de la taxe de séjour sur l'hôtellerie parisienne. La maire de Paris précise les choses : cette hausse ne frapperait que les hôtels les plus chers. 

Par AN / AFP

La maire de Paris Anne Hidalgo (PS) a affirmé mardi 9 septembre 2014 qu'elle travaillait avec le gouvernement à une taxe de séjour qui "ne touchera pas les hôtels à moins de 100 euros la chambre", mais les hôtels de catégorie trois étoiles et plus. "On est en train de travailler sur l'hypothèse d'une taxe qui ne touche pas la petite hôtellerie, qui ne touche pas les hôtels à moins de 100 euros la chambre", a affirmé Mme Hidalgo à la presse, en marge de l'inauguration du Welcome City Lab, un incubateur d'entreprises spécialisé dans le tourisme. Une piste de travail déjà évoquée la semaine dernière

Alors que les professionnels de l'hôtellerie et leur ministre de tutelle Laurent Fabius ont à plusieurs reprises marqué leur désaccord avec les projets fiscaux de la ville, Mme Hidalgo a estimé qu'aujourd'hui "chacun (revenait) à quelque chose de raisonnable". "Il ne s'agit pas de taxer l'hôtellerie de façon indécente et de façon nuisible pour l'économie parisienne (...) Qu'il n'y ait pas que les contribuables parisiens qui contribuent à l'attractivité de la ville, ça paraît logique et normal", a-t-elle souligné.

Interrogé par la presse, l'adjoint au Tourisme de Mme Hidalgo, Jean-François Martins, a précisé que la taxe serait modulée en fonction non du prix mais de la catégorisation des hôtels. "Le prix aujourd'hui cela ne veut rien dire", celui-ci pouvant varier fortement en fonction de la saison ou des promotions, a-t-il expliqué. La taxe devrait en fait toucher les hôtels de trois étoiles et plus, a-t-il glissé, tout en soulignant que des discussions étaient en cours avec les syndicats de l'hôtellerie.

Mme Hidalgo a profité de sa visite pour "pousser un coup de gueule" sur la qualité de l'accueil réservé aux touristes par les professionnels du secteur et les Parisiens de manière générale, après la diffusion d'un classement qui fait figurer Paris parmi les 10 villes touristiques les moins sympathiques du monde.
"Autant les enquêtes internationales montrent que nous sommes dans le trio de tête en terme d'attractivité avec Londres et New York (...) en revanche là où je peux pousser un coup de gueule, c'est sur la qualité de l'accueil (...) Nous les Parisiens, on est un peu bougons, râleurs, mais on est gentils (...) il faut aussi qu'on donne à côté de ce caractère qui est le nôtre et que je partage avec les Parisiens (...) cette autre vision de ce qu'est notre ville", a dit la maire dans son discours.

A lire aussi

Sur le même sujet

Des dizaines de gares du nord de l'Ile-de-France affectées par une grève du nettoyage

Près de chez vous

Les + Lus

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne