Paris : baisser la vitesse de 70 à 50 km/h, réduire le nombre de voies : les mesures pour l'avenir du périphérique

Le périphérique parisien (illustration) / © PHILIPPE LOPEZ / AFP
Le périphérique parisien (illustration) / © PHILIPPE LOPEZ / AFP

Il est emprunté par plus d'un million conducteur chaque  jour ...Et l'on y passe parfois beaucoup de temps dans les bouchons. Des élus se sont penchés sur l'avenir du périphérique parisien. 

Par France 3 IDF / EB

La Mission d'information et d'évaluation (MIE), associe des élus de tous les groupes politiques du Conseil de Paris. Cette mission, présidée par Laurence Goldgrab (groupe Radical de Gauche, Centre et Indépendants) a rendu ce matin son rapport sur l'avenir du périphérique.
 
Les mesures pour l'avenir du périphérique :
En finir avec le périphérique ? Anne Hidalgo a recu ce matin le rapport de la mission d'information et d'évaluation du Conseil de Paris sur le devenir du périphérique parisien. Principales préconisations : une gouvernance partagée, une voie réservée au covoiturage et une vitesse abaissée à 50 km/h
 

> D’ici 2024 : voie réservée et baisse de la vitesse 

Une des mesures phares du rapport est la baisse de la vitesse avec le passage à 50 km/h sur le périphérique à Paris. 50 au lieu de 70, à l'horizon 2024. Cette mission propose aussi de réduire le nombre de voies à deux fois trois voies, dont une qui sera réservée aux véhicules "propres".

D'autres propositions concernent l'interdiction des poids lourds en transit. Des mesures plus festives sont proposées comme la fermeture temporaire du périphérique pour expérimenter de nouveaux usages : fête populaire, week-ends « Périph’ sans voitures », espaces d’expression ou concours d’idées citoyennes. Le rapport demande à l’État de renforcer ses actions contre la pollution liée à la circulation avec la mise en place de la circulation différenciée avant les pics de pollution annoncés.

Bus propres, plan vélo... 

Pour développer les transports alternatifs à la voiture, la MIE propose à la Région le développement d’un réseau de bus propres à haute fréquence de banlieue à banlieue et de se doter d’un plan vélo ambitieux en continuité entre Paris et les villes voisines. développer des gares multimodales.
 

Télétravail, reduire les temps de trajet

Réduire les déplacements domicile-travail en développant des centres de travail partagé dans les territoires de la Grande couronne ; transformer les infrastructures qui ne seront plus utilisées en lieux de logistique ou de fabrication ; prendre en compte, autant que possible, le lieu de travail dans l’attribution des logements sociaux et ainsi réduire la part des déplacements pendulaires.

> À horizon 2030 : un boulevard que l’on traverse à pied

Réduire le nombre de voies du boulevard phériphérique.Végétaliser le périphérique sur les parois, le terre-plein central et les murs anti-bruit, les voies abandonnées seront quand cela est possible remises en pleine terre. A terme, horizon 2030, la commission propose que le périphérique devienne un "espace de respiration" dédiés aux d'usages que la circulation automobile.

Toutes ces recommandations doivent être débattues lors du prochain Conseil de Paris, le 11 juin. Fin avril au moment de la mise en place de la Mission d'information, la maire de Paris, Anne Hidalgo avait salué une démarche qui "permettra d'améliorer concrètement le cadre de vie des nombreux habitants qui vivent près de cet axe routier". Anne Hidalgo s'est déclarée ce mardi favorable à l'abaissement de la vitesse de 70 à 50 km/h sur le périphérique parisien, mais sans préciser le calendrier pour sa mise en oeuvre.

 

Sur le même sujet

Les + Lus