Paris : les chauffeurs VTC appellent à bloquer le périphérique ce vendredi

L'Association des VTC de France, sans réponse "à l'appel au secours" qu'ils ont lancé au Premier ministre, a appelé jeudi ses adhérents à bloquer le périphérique parisien vendredi à 13H00.
© F3 F Malverde
"La préfecture nous autorise l'opération escargot de porte Maillot à porte Maillot", a précisé l'association dans un communiqué, soulignant que "selon la préfecture, c'est une première que le tour complet du périphérique soit autorisé".
    

"Les gilets jaunes (d'Ile de France) rejoignent le mouvement à l'appel d'Éric Drouet pour exprimer avec les VTC leur mécontentement contre ce gouvernement sourd et aveugle !", ont-ils ajouté.

"Nous demandons à M. Macron de trouver une solution aux chauffeurs VTC car il est à l'origine de cette crise lorsqu'il était au ministère de l'économie", écrivent les organisateurs de ces manifestations.

"Aujourd'hui, les VTC ne s'en sortent plus, ne sont pas maîtres de leurs tarifs pour ceux qui travaillent avec les plateformes", affirment-ils, regrettant en outre de ne pas profiter de la réduction de taxes sur le carburant comme les routiers ou les taxis. Selon eux, des VTC "n'ont plus le choix que de racoler aux aéroports, ce qui a mis en colère les taxis et crée une tension énorme aujourd'hui entre VTC et taxi".


La colère des chauffeurs VTC    

Dans une lettre adressée la semaine dernière au Premier ministre Édouard Philippe, l'association avait évoqué "la colère des chauffeurs VTC" et dénoncé le "mépris général du gouvernement", notamment celui de la ministre des Transports Élisabeth Borne, qui avait "refusé" de recevoir "en personne" des délégations de VTC.
    
En revanche, des représentants des syndicats FO-Capa VTC et CFDT-VTC, qui sont en désaccord avec l'association, ont participé ces dernières semaines à des réunions au ministère des Transports, auxquelles ne participait pas Mme Borne. Les deux syndicats réclamaient notamment un tarif minimum pour les courses des VTC et une détaxation partielle de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques.
    
Les deux syndicats qui ont déjà organisé deux journées d'action, avec des opérations escargot menées par plus de 100 véhicules à Paris et sur des axes menant aux aéroports de Roissy et Orly, envisagent de déposer un préavis de grève illimité.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports économie