Paris – Deux hommes agressés par balle près des Champs-Élysées

Deux personnes ont été blessés par balle près des Champs-Elysées à Paris ce dimanche 7 octobre. / © PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP
Deux personnes ont été blessés par balle près des Champs-Elysées à Paris ce dimanche 7 octobre. / © PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP

Deux hommes ont été blessés par balle avenue George-V, dans le 8e arrondissement de Paris, près des Champs-Élysées, ce dimanche 7 octobre. Ils sont entre la vie et la mort.

Par MT/AFP

Deux hommes ont été blessés par balle dimanche matin dans le quartier des Champs-Élysées à Paris, après avoir été pris pour cible par des agresseurs circulant en deux-roues, a-t-on appris auprès de la Préfecture de police (PP).

Les deux victimes ont été transportées "dans un état grave après avoir été blessées par arme à feu", a précisé un porte-parole de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris.

L'une des victimes est une figure du grand banditisme. Sophiane H. est connu pour de multiples braquages.

Hypothèse du règlement de comptes

Les deux personnes visées se trouvaient à l'intérieur de leur voiture, une Smart, au moment des faits qui se sont déroulés sur l'avenue George-V (VIIIe arrondissement) aux alentours de 6 heures du matin, a ajouté la Préfecture de police, confirmant une information du Parisien. Ils sont âgés d'une trentaine d'années.

Plusieurs impacts de balles ont été relevés sur la carrosserie. Des détonations en rafale ont été entendues par des témoins auditionnés par la police.

Le deux-roues sur lequel se trouvaient les deux agresseurs a pris la fuite. Selon les premiers éléments de l'enquête, l'hypothèse du règlement de comptes est privilégiée, a indiqué une source policière. L'enquête a été confiée à la brigade criminelle.
 

Figure du grand banditisme

Âgé d'une quarantaine d'années, Sophiane H. a été soupçonné par la police d'une série de vols à main armée et de braquages de fourgons blindés dans les années 1990 et 2000. Après plusieurs années de cavale, il avait été arrêté par la police en 2004.

En 2012, il avait été acquitté par la cour d'assises de Paris de l'attaque d'un fourgon blindé de la Brink's commis en mai 2002 en Seine-et-Marne. Deux hommes de l'entourage d'Antonio Ferrara étaient en revanche condamnés.

Sans jamais avoir pu l'établir avec certitude, Sophiane H. a été suspecté par la police d'avoir été l'organisateur principal de la spectaculaire "belle" de la prison de Fresnes, près de Paris, d'Antonio Ferrara le 12 mars 2003.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Premier bilan du Service National Universel dans le Val d'Oise, un département pilote

Les + Lus